Supporters

Pour fêter les 80 ans du club, l'équipe d'US Créteil 1936 vous propose d'élire l'équipe-type de l'histoire de l'USC.

Après avoir choisi le gardien la semaine dernière, vous allez élire cette fois le meilleur latéral droit. Voici les 4 lauréats que nous avons présélectionnés. Les votes se passent sur Facebook, sur Twitter et sur Instagram.

Cédric Fontaine

FontaineFormé à l'INF Clairefontaine, il effectue ses débuts en professionel avec le Red Star en 1991. Il reste deux saisons (13 matchs) chez le club audonien et rejoint le voisin du Paris FC (1994) puis Istres (1995). Il ne s'impose pas en trois saisons en Provence et décide de revenir en Ile-de-France et choisit cette fois-ci Créteil.

Si sa première saison est compliquée, il participe lors de sa deuxième à la montée des Béliers (2è en 1999) puis à leur maintien l'année d'après.

Le club est alors très ambitieux et décide de ne pas le conserver. Il rejoint Amiens en National, mais le club décide de le faire revenir et il réalise une 4è saison en Jaune et Bleu en 2002.

En 4 saisons à Créteil, il aura été vice-champion de National et a participé à 76 matchs.

 

Jérôme Pérez

250px Jerome PérezFormé à l'Olympique de Marseille, l'Avignonnais n'a pas eu la carrière qu'il aurait dû avoir, régulièrement stoppé dans sa progression par des blessures. Son parcours au haut niveau s'écrit ainsi essentiellement avec les Béliers.

Il dispute quelques minutes de L1 en 2002 au Vélodrome, mais évolue surtout en réserve. Il décide donc de rejoindre un US Créteil très ambiteux la saison suivante. Les Béliers veulent monter "dans les deux ans". Sa première saison est correcte : il joue 23 matchs (1 but) et les Béliers terminent à une honorable 12è place. La suivante est plus compliquée pour Créteil, et c'est surtout sa troisième saison qui est remarquable : la fameuse saison 2005/2006 lors de laquelle les Béliers terminent à la 8è place, le record du club.

Sa dernière saison au club est plus compliquée : outre les résultats qui sont catastrophiques (Créteil sera relégué), il subit la pression de Thierry Argelier qui lui prendra sa place. Il sera alors replacé milieu droit par Artur Jorge.

Il décide de ne pas poursuivre l'aventure cristolienne en National, et ne retrouvera jamais plus les pelouse de National (ou de niveau supérieur.) Il fera plusieurs essais à Bruxelles et à Sedan, sans succès. Il joue toujours au football, mais évolue depuis 2008 dans les divisions inférieures.

Entre 2003 et 2008, Jérôme a participé à 113 matchs avec les Béliers et a marqué 6 buts.

Thierry Argelier

argelierL'un des rares produits de la formation cristolienne, Thierry découvre le haut niveau avec les Béliers lors de la malheureuse saison 2007/2008 qui les a vu quitter la Ligue 2. Il s'impose cette année-là et prend la place de titulaire à un Jérôme Pérez handicapé par des blessures.

Lancé par Albert Rust, il marque son seul but de la saison (23 matchs) lors de son tout premier match en équipe première face à Grenoble.

Les Béliers relégués, il décide de rester fidèle à son club formateur et continue deux saisons en National. Il est alors titulaire indiscutable (69 matchs en deux saisons en championnat) mais ne permettra pas aux Béliers de remonter en L2 (7è en 2008, 9è en 2009)

Il quitte l'Ile de France en 2009 pour la Bretagne et Guingamp, avec qui il connaîtra une nouvelle descente... et une remontée la saison suivante. Les Rouges et Noirs se maintiendront en partie grâce à lui. La saison 2013 est mitigée pour lui ; il perd sa place et Guingamp termine à la 2è place, synonyme de montée en L1.

Non-conservé par les Bretons, il rejoint ensuite Vannes (2014), le Poiré-sur-Vie (2015) avant de se fixer à Boulogne (depuis l'été 2015) avec qui il a déjà joué 36 matchs. Les supporters Cristoliens auront donc le plaisir de le revoir cet hiver à Duvauchelle pour la réception des Nordistes (04/11).

Thierry a participé à 105 matchs avec Créteil et a marqué 7 buts.

Boris Mahon de Monaghan

3884043 mahon new 545x460 autocropFormé à Sedan, Boris découvre l'équipe première en L2 en 2004. Cantonné à l'équipe réserve, il décide de rejoindre Orléans en 2006, alors en CFAl. Il y reste 3 saisons et réussit à s'y imposer.

Il rejoint les Béliers en 2009 et devient immédiatement un titulaire indiscutable. Il reste 7 saisons à l'USC, dont il devient l'un des joueurs les plus emblématiques.

Il participe activement à l'obtention du titre de Champion de National en 2013 aux côtés d'Andriatsima, Ndoye, Kerboriou ou encore Lesage, et aidera le club à se maintenir les deux saisons suivantes.

Après la désastreuse saison 2015/2016, il fait partie de la horde de joueurs à quitter le club à l'intersaison, pour rejoindre le Gazelec.

Après 7 saisons à Créteil, Boris a battu en fin de saison dernière le record de Trivino et est désormais le joueur à avoir disputé le plus de matchs à l'USC, avec 234 matchs au compteur.

>>La fiche de Boris

Enregistrer

Enregistrer

Suite aux évènements assez malheureux qui se sont produits avant la rencontre de vendredi soir face à Chambly, les Urban Devils ont rédigé un communiqué dénonçant et critiquant la dictature qu'essaye d'instaurer le club vis à vis de ses supporters.

 

Communiqué UD face après Chambly

 

 

Pour fêter les 80 ans du club, l'équipe d'US Créteil 1936 vous propose d'élire l'équipe-type de l'histoire de l'USC.

Pour ce premier épisode, nous allons élire le meilleure gardien. Voici les 4 lauréats que nous avons présélectionnés. Les votes se passent sur Facebook et sur Twitter.

Dominique Sidaine

SidaineFormé à Vichy dans un équivalent de Clairefontaine (Institut National de Formation), il débute sa carrière à Tours en 1979. Il y passe une saison en Division 2 et trois en Division 1. Il joue 8 matchs au plus haut niveau national, mais est principalement cantonné au banc, barré par un grand Desrousseaux qui a failli jouer l'Euro 84. Il quitte alors Tours pour Saint Dizier alors en Division 3. Il y joue deux saisons avant de rejoindre des Béliers Champions de Paris (1986) promus en Division 4.

Il participe alors à la formidable aventure de Créteil : dès sa première saison, il remporte le Championnat de France de D4, s'imposant face au Touquet 1-0 en finale. La saison suivante, il permet à Créteil de remporter le Groupe Est de Division 3 mais cette fois sans parvenir à se hisser en finale.

Après deux saisons et deux montées, Créteil découvre pour la première fois de son histoire le professionnalisme. Mais ce n'est pas une première pour Sidaine, qui a joué 4 matchs à ce niveau 10 ans plus tôt.

Pendant les 3 saisons qui suivent, Sidaine parvient à maintenir les Béliers à un bon niveau. Il joue 101 matchs de D2 avec les Béliers. 10è en 1989, 9è en 1990, mais malheureusement 17è en 1991, Créteil descend malgré 2 dépôts de bilan d'autres clubs cette même saison.

Alors âgé de 32 ans, Dominique Sidaine abandonne alors le monde professionnel. Il se met à jouer en amateur au Plessis, en D3. Les Béliers alors aussi à ce niveau, sont de nouveau promus en D2 tandis que Sidaine connait une nouvelle descente. Il reste deux saisons au Plessis, mais reste attaché au club val-de-marnais puisqu'il entraîne simultanément la réserve.

A l'issue de cette seconde saison chez le voisin, il retrouve Créteil, redescendu en D3 et y passe deux dernières saisons, avant d'intégrer définitivement le staff. Il entraîne de nouveau la B de 96 à 98 et s'occupera longtemps du recrutement du club.

Stéphane Cassard

CassardFormé à Sochaux, il intègre le groupe pro en 1992 et y joue son premier match directement en Division 1. L'année suivante, il devient titulaire et malgré une descente en 1995, il reste 5 saisons en Franche Comté pour 71 matchs de D1, et 77 de D2.

Il retrouve la D1 la saison suivante au Havre (2 saisons, 38 matchs) et à Montpellier (2 saisons, 28 matchs) où il découvre la Coupe Intertoto avant de rejoindre un US Créteil alors très ambitieux. Il fait partie du régiment de stars recrutées par Afflelou aux côtés de Histiolles, Genton, Amirèche, Traoré, Le Frapper, Pitau, Amokachi, Dallet ou encore un Lilian Compan qui termine 5e meilleur buteur de D2 avec 13 buts.

La saison débute bien, et malgré une défaite face au Gueugnon de Trivino, les Béliers pointent à la 4e place lors de la 5e journée. Mais ils manquent de régularité et malgré une bonne série de 11 matchs pour 1 seule défaite, il pointent le soir de la 20è journée à la 8è place, à 10 points du troisième.

Mais Créteil s'écroule et ils ne gagenront que 3 des 18 derniers matchs, terminant ainsi à la 16è place.

Simplement prêté, il retournera à Montpellier pour être directement transféré à Troyes. Il y joue 3 saisons comme doublure (23 matchs) avant de rejoindre Strasbourg où il retrouvera une place de titulaire et se hissera même en 8è de finales de la Coupe de l'UEFA, stoppé par Bâle.

En 2011, il quitte l'Alsace après y avoir joué 213 matchs pour Boulogne, où il fait une dernière saison sur le banc avant de raccrocher les crampons. Toujours dans le monde du football, il est aujourd'hui entraîneur des gardiens de l'OM.

Richard Trivino

Trivino 2Richard n'a réellement connu que deux clubs dans sa carrière : Gueugnon et Créteil. Il aime toujours ces deux clubs, et les supporters le lui rendent bien.

Il débute sa carrière professionelle à Gueugnon en 1996. Pendant ses 3 premières saisons, il ne jouera pas mais la saison suivante sera sûrement celle qui sera la meilleure de sa carrière. Avec seulement 17 matchs de championnat, Richard est le portier titulaire des Coupes. Et il est toujours aujourd'hui le seul gardien de Ligue 2 à avoir remporté la Coupe de la Ligue. N'étant toujours pas un titulaire indiscutable, il participe néanmoins à la Coupe de l'UEFA : mais avec un club de Ligue 2, l'élimination au premier tour est logique.

Enfin titulaire les trois saisons suivantes, il reste jusqu'en 2004 en Bourgogne avant de rejoindre l'US Créteil, également en Ligue 2.

Il est directement titulaire et il permet aux Béliers de se maintenir assez facilement, 15e avec 46 points à 7 longueurs du premier relégué. La saison suivante est aujourd'hui encore la meilleure de l'Histoire du club. Avec Cyril et Jean-Jacques Dommoraud, Mario Loja, Amirèche, Blondeau, Jérôme Pérez, Ekobo, Sessègnon et Rui Pataca, les Béliers seront leaders jusqu'à la 8è journée. Malheureusement inconstants, ils ne cesseront de descendre au classement. Il quittent les 3 premières places à la 15è journée et subiront une désastreuse série de 8 matchs sans victoire, dont 5 nuls consécutifs. Toujours 6è à la 24è journée ils sont désormais à 8 points du 3ème. Malheureusement, les 3 défaites face à Reims, Laval et Sedan de la 29è à la 31è journée condamneront leurs espoirs de montée. Ils terminent bien la saison et finissent à la 8è place.

La saison suivante, Créteil termine 18e et est relégué en National. Il quitte alors le Val-de-Marne une saison pour Metz. Cela se passe mal pour lui et au bout de 3 mois, il quitte la Lorraine d'un commun accord et rejoint Boulogne pour une saison en L2. Il rentre chez lui (à Créteil) la saison suivante et fera trois dernières saisons en National avant de retrouver Gueugnon après la chute du club en CFA 2. Il y joue 4 saisons en amateur. Cet été, il a définivement raccroché les crampons et est désormais le directeur sportif des Forgerons.

Avec 224 matchs joués, "La Guitare" a été très longtemps le recordman du nombre de matchs joué à Créteil avant d'être battu par Boris Mahon de Monaghan en fin de saison dernière. Il est aujourd'hui 3ème derrière Boris et Vincent Di Bartoloméo.

Yann Kerboriou

Arrivé à Créteil en 2010 en provenance d'Aubervilliers, alors en CFA 2, il est la doublure de Trivino. Après le départ de Richard, le club lui fait confiance et il s'impose comme titulaire. Après une saison mitigée du club en 2012, c'est surtout la saison 2013 qui le propulsera dans le coeur des supporters.

Avec Cheikh Ndoye, Andriatsima, Seck, Lesage, Diedhiou, Mahon ou encore Da Cruz, les Béliers affoleront tous les compteurs du National et même du football amateur. Ils ne quitteront la première place que durant 4 journées et connaîtront une série inédite dans toute l'Histoire du football amateur français. A la mi-saison, ils ont même le meilleur bilan toutes compétitions pro et semi-pro d'Europe confondues : 17 victoires pour seulement 2 défaites à l'issue des matchs aller (à Metz et face à Colmar.) Créteil se relâchera légèrement pendant les matchs retours, mais à la 28è journée, ils comptent toujours 11 points d'avance sur le second, Metz, et 23 sur Amiens, 4e. Promus début avril à la 31è journée, ils attendront la 37è journée et un derby à Duvauchelle face au Paris FC pour être officiellement Champions de France de National.

Promu en Ligue 2, Yann découvre alors le monde professionnel. On lui met face à lui des joueurs talentueux mais ni Issa Ndoye (international sénégalais) ni Cyrille Merville (recordman du nombre de matchs de L2 en activité) ne parviendront à lui faire lâcher ses gants de titulaire.

Il reste à l'USC malgré la relégation du club et entame cette année sa septième saison à Créteil après avoir disputé 159 matchs.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

L'US Créteil va jouer mardi à 18h30 face à Clermont le 2ème tour de la Coupe de la Ligue. Un trophée très décrié par l'ensemble des groupes ultras français. C'est dans cette mesure que le KopBanlieue a annoncé sa volonté de boycotter une nouvelle fois cette coupe.

Voici leur communiqué :received 660867364070517

Ultras cristoliens

 

Si le tarif "supporters" n'avait pas été proposé initialement dans les offres d'abonnement du club, les dirigeants ont vite rectifié le tir. Après avoir reçu la semaine passée les responsables du KopBanlieue, des Suprêmes Béliers et des Urban Devils, Olivier Mianney (nouveau directeur général) a accepté le tarif de 50€ pour l'abonnement en tribune Honneur, uniquement pour les membres de ces trois groupes de supporters officiels des Béliers. Cette offre était déjà accordée lors des dernières saisons pour les fidèles KB, SB et UD.