Pour fêter les 80 ans du club, l'équipe d'US Créteil 1936 vous propose d'élire l'équipe-type de l'histoire de l'USC.

Pour ce premier épisode, nous allons élire le meilleure gardien. Voici les 4 lauréats que nous avons présélectionnés. Les votes se passent sur Facebook et sur Twitter.

Dominique Sidaine

SidaineFormé à Vichy dans un équivalent de Clairefontaine (Institut National de Formation), il débute sa carrière à Tours en 1979. Il y passe une saison en Division 2 et trois en Division 1. Il joue 8 matchs au plus haut niveau national, mais est principalement cantonné au banc, barré par un grand Desrousseaux qui a failli jouer l'Euro 84. Il quitte alors Tours pour Saint Dizier alors en Division 3. Il y joue deux saisons avant de rejoindre des Béliers Champions de Paris (1986) promus en Division 4.

Il participe alors à la formidable aventure de Créteil : dès sa première saison, il remporte le Championnat de France de D4, s'imposant face au Touquet 1-0 en finale. La saison suivante, il permet à Créteil de remporter le Groupe Est de Division 3 mais cette fois sans parvenir à se hisser en finale.

Après deux saisons et deux montées, Créteil découvre pour la première fois de son histoire le professionnalisme. Mais ce n'est pas une première pour Sidaine, qui a joué 4 matchs à ce niveau 10 ans plus tôt.

Pendant les 3 saisons qui suivent, Sidaine parvient à maintenir les Béliers à un bon niveau. Il joue 101 matchs de D2 avec les Béliers. 10è en 1989, 9è en 1990, mais malheureusement 17è en 1991, Créteil descend malgré 2 dépôts de bilan d'autres clubs cette même saison.

Alors âgé de 32 ans, Dominique Sidaine abandonne alors le monde professionnel. Il se met à jouer en amateur au Plessis, en D3. Les Béliers alors aussi à ce niveau, sont de nouveau promus en D2 tandis que Sidaine connait une nouvelle descente. Il reste deux saisons au Plessis, mais reste attaché au club val-de-marnais puisqu'il entraîne simultanément la réserve.

A l'issue de cette seconde saison chez le voisin, il retrouve Créteil, redescendu en D3 et y passe deux dernières saisons, avant d'intégrer définitivement le staff. Il entraîne de nouveau la B de 96 à 98 et s'occupera longtemps du recrutement du club.

Stéphane Cassard

CassardFormé à Sochaux, il intègre le groupe pro en 1992 et y joue son premier match directement en Division 1. L'année suivante, il devient titulaire et malgré une descente en 1995, il reste 5 saisons en Franche Comté pour 71 matchs de D1, et 77 de D2.

Il retrouve la D1 la saison suivante au Havre (2 saisons, 38 matchs) et à Montpellier (2 saisons, 28 matchs) où il découvre la Coupe Intertoto avant de rejoindre un US Créteil alors très ambitieux. Il fait partie du régiment de stars recrutées par Afflelou aux côtés de Histiolles, Genton, Amirèche, Traoré, Le Frapper, Pitau, Amokachi, Dallet ou encore un Lilian Compan qui termine 5e meilleur buteur de D2 avec 13 buts.

La saison débute bien, et malgré une défaite face au Gueugnon de Trivino, les Béliers pointent à la 4e place lors de la 5e journée. Mais ils manquent de régularité et malgré une bonne série de 11 matchs pour 1 seule défaite, il pointent le soir de la 20è journée à la 8è place, à 10 points du troisième.

Mais Créteil s'écroule et ils ne gagenront que 3 des 18 derniers matchs, terminant ainsi à la 16è place.

Simplement prêté, il retournera à Montpellier pour être directement transféré à Troyes. Il y joue 3 saisons comme doublure (23 matchs) avant de rejoindre Strasbourg où il retrouvera une place de titulaire et se hissera même en 8è de finales de la Coupe de l'UEFA, stoppé par Bâle.

En 2011, il quitte l'Alsace après y avoir joué 213 matchs pour Boulogne, où il fait une dernière saison sur le banc avant de raccrocher les crampons. Toujours dans le monde du football, il est aujourd'hui entraîneur des gardiens de l'OM.

Richard Trivino

Trivino 2Richard n'a réellement connu que deux clubs dans sa carrière : Gueugnon et Créteil. Il aime toujours ces deux clubs, et les supporters le lui rendent bien.

Il débute sa carrière professionelle à Gueugnon en 1996. Pendant ses 3 premières saisons, il ne jouera pas mais la saison suivante sera sûrement celle qui sera la meilleure de sa carrière. Avec seulement 17 matchs de championnat, Richard est le portier titulaire des Coupes. Et il est toujours aujourd'hui le seul gardien de Ligue 2 à avoir remporté la Coupe de la Ligue. N'étant toujours pas un titulaire indiscutable, il participe néanmoins à la Coupe de l'UEFA : mais avec un club de Ligue 2, l'élimination au premier tour est logique.

Enfin titulaire les trois saisons suivantes, il reste jusqu'en 2004 en Bourgogne avant de rejoindre l'US Créteil, également en Ligue 2.

Il est directement titulaire et il permet aux Béliers de se maintenir assez facilement, 15e avec 46 points à 7 longueurs du premier relégué. La saison suivante est aujourd'hui encore la meilleure de l'Histoire du club. Avec Cyril et Jean-Jacques Dommoraud, Mario Loja, Amirèche, Blondeau, Jérôme Pérez, Ekobo, Sessègnon et Rui Pataca, les Béliers seront leaders jusqu'à la 8è journée. Malheureusement inconstants, ils ne cesseront de descendre au classement. Il quittent les 3 premières places à la 15è journée et subiront une désastreuse série de 8 matchs sans victoire, dont 5 nuls consécutifs. Toujours 6è à la 24è journée ils sont désormais à 8 points du 3ème. Malheureusement, les 3 défaites face à Reims, Laval et Sedan de la 29è à la 31è journée condamneront leurs espoirs de montée. Ils terminent bien la saison et finissent à la 8è place.

La saison suivante, Créteil termine 18e et est relégué en National. Il quitte alors le Val-de-Marne une saison pour Metz. Cela se passe mal pour lui et au bout de 3 mois, il quitte la Lorraine d'un commun accord et rejoint Boulogne pour une saison en L2. Il rentre chez lui (à Créteil) la saison suivante et fera trois dernières saisons en National avant de retrouver Gueugnon après la chute du club en CFA 2. Il y joue 4 saisons en amateur. Cet été, il a définivement raccroché les crampons et est désormais le directeur sportif des Forgerons.

Avec 224 matchs joués, "La Guitare" a été très longtemps le recordman du nombre de matchs joué à Créteil avant d'être battu par Boris Mahon de Monaghan en fin de saison dernière. Il est aujourd'hui 3ème derrière Boris et Vincent Di Bartoloméo.

Yann Kerboriou

Arrivé à Créteil en 2010 en provenance d'Aubervilliers, alors en CFA 2, il est la doublure de Trivino. Après le départ de Richard, le club lui fait confiance et il s'impose comme titulaire. Après une saison mitigée du club en 2012, c'est surtout la saison 2013 qui le propulsera dans le coeur des supporters.

Avec Cheikh Ndoye, Andriatsima, Seck, Lesage, Diedhiou, Mahon ou encore Da Cruz, les Béliers affoleront tous les compteurs du National et même du football amateur. Ils ne quitteront la première place que durant 4 journées et connaîtront une série inédite dans toute l'Histoire du football amateur français. A la mi-saison, ils ont même le meilleur bilan toutes compétitions pro et semi-pro d'Europe confondues : 17 victoires pour seulement 2 défaites à l'issue des matchs aller (à Metz et face à Colmar.) Créteil se relâchera légèrement pendant les matchs retours, mais à la 28è journée, ils comptent toujours 11 points d'avance sur le second, Metz, et 23 sur Amiens, 4e. Promus début avril à la 31è journée, ils attendront la 37è journée et un derby à Duvauchelle face au Paris FC pour être officiellement Champions de France de National.

Promu en Ligue 2, Yann découvre alors le monde professionnel. On lui met face à lui des joueurs talentueux mais ni Issa Ndoye (international sénégalais) ni Cyrille Merville (recordman du nombre de matchs de L2 en activité) ne parviendront à lui faire lâcher ses gants de titulaire.

Il reste à l'USC malgré la relégation du club et entame cette année sa septième saison à Créteil après avoir disputé 159 matchs.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer