Parce qu'il n'y a rien à perdre sur ce genre de match, les Béliers devront jouer décomplexés pour revenir de Rouen avec quelque chose...

Le contexte

US Créteil : Riche en attaque, pauvre en défense

Richard Déziré a quitté l'USC seul, comme il a semblé toujours l'être lors de son passage au club. Au soir de la défaite qui scellait son sort, l'ancien coach prononçait le mot « maintien »... Désormais entraînés par Manuel Ramos (en attendant un éventuel remplaçant ?) les Jaunes et Bleus ont renoué avec la victoire. Et voilà que la troisième place, qui paraissait si loin, se retrouve à deux petites longueurs. A l'heure où nous célébrons les trente ans de la disparition de Serge Gainsbourg, il s'agirait pour les joueurs de Créteil d'arrêter de jouer à « je t'aime moi non plus » avec les supporters. Certes, on reste sur le un beau « quatre-un » offert par les poètes de l'attaque cristolienne. Il faut aller chercher ce résultat en Normandie !
Mais l'éclaircie est fragile. Car sans vouloir jouer les rabat-joie, la dernière victoire est à relativiser : les Béliers sont encore convalescents. Les joueurs ont eu le mérite de marquer tôt dans le match, grâce à un Ibrahim Sangaré qui a pris ses responsabilités dans la surface. Mais ensuite, au moment où Annecy revenait dans le match, l'expulsion d'un des meilleurs savoyards, puis un penalty, ont été précieux dans l'obtention de ce succès.

sawadogo 2Sawadogo, facteur X ? (image uscl.fr)

Si, avec le retour de Mokdad, l'attaque est au complet, ce n'est pas le cas de la défense, dont la moitié des titulaires (Véron, Pardal, Belkouche) est à l'infirmerie. Manuel Ramos et son staff doivent trouver des solutions, et ce matin à l'entraînement, on assistait à de nouvelles expérimentations, avec le Comorien Kassim Ahamada dans le couloir gauche. Sur l'autre côté, Jason Buaillon n'avait plus évolué comme arrière-droit depuis longtemps, et il semble en manque de repères à ce poste. Jacques-Antoine Pelletier, qui participe toujours aux entraînements, ne semble pas devoir être titularisé pour le moment.
En défense centrale, Zakaria Belkouche est donc bien absent pour au moins plusieurs semaines. A son poste, le retour de Juary fait du bien même s'il est fautif sur le but encaissé contre Annecy. Avec un peu plus de rythme dans les jambes, il sera un rempart précieux pour résister aux assauts de Quevilly-Rouen.. Car l'adversaire qui se présente ce vendredi est d'un tout autre calibre.

Quevilly-Rouen survole le championnat, à l'instar du SC Bastia, les deux équipes ayant déjà huit orteils en Ligue 2. Mais paradoxalement, au milieu de cette superbe saison, il est arrivé aux Normands de se manquer à domicile. Sur leurs cinq défaites, trois leur ont été infligées dans leur stade Robert-Diochon, la dernière en date par Villefranche, il y a moins d'un mois. Un coup à jouer pour une équipe capable de bien contrer, comme Créteil ?

Dans ce contexte, on pense à la titularisation d'un Abdelmalek Mokdad bien sûr, mais aussi à l'apport d'un Kevin Farade, qui allie la présence physique, avec son mètre 88 et une certaine pointe de vitesse. Son efficacité est en dents de scie, mais il a prouvé que dans un bon jour, il ne lui fallait pas beaucoup d'occasions pour marquer.

QRM : Une équipe solide emmenée par un grand buteur

L'été dernier, QRM a misé sur quelques joueurs d'expérience, comme le milieu de terrain Romain Padovani. Mais, plus étonnant, l'effectif contient aussi de nombreux joueurs en prêt, dont trois du Stade de Reims. L'investissement de tels joueurs dans leur club de prêt est souvent aléatoire, mais force est de constater que cela a marché et que la mayonnaise a pris au sein de ce groupe. Celui-ci a donné naissance à un monstre, une arme fatale dans la surface, et qui a déjà frappé dix-sept fois. Cette arme c'est le buteur maison, Andrew Jung

Jung 2Andrew Jung, l'homme à neutraliser de toute urgence ! (image qrm.fr)

Dix-sept buts, c'est le total des buts marqués par les quatre meilleurs réalisateurs cristoliens (Sangaré, Mokdad, Farade et Pancrate). C'est donc aussi le nombre de réalisations du seul Jung, meilleur buteur du championnat avec sept buts d'avance sur le second. On imagine l'état dans lequel se trouvent les dirigeants de Châteauroux, actuel bon dernier de L2, face à leur décision de l'avoir envoyé en prêt cette saison du côté de Quevilly.

L'état d'euphorie que traverse cette équipe peut avoir deux conséquences différentes. Soit on marche sur l'eau, on bénéficie d'une réussite insolente, et désinhibés, les joueurs réussissent tout ce qu'ils tentent. Soit l'excès de confiance pousse à faire preuve de suffisance, et à relâcher la pression. Ce qui arrangerait les Béliers ! On retrouvera également sur le banc de cette équipe, le gardien Romain Lejeune, qui est la doublure du titulaire Nicolas Lemaître.

Le trio arbitral :

M. WIlliam TOULLIOU officiera ce vendredi, assisté de MM. THENARD et GALIBERT.
Créteil retrouve ainsi l'arbitre de sa victoire à Laval (1-2), qui lui avait d'ailleurs accordé un penalty. M. TOULLIOU a également arbitré les Normands pour une victoire sur le même score. Il avait toutefois expulsé leur défenseur Nade. Un des deux seuls rouges qu'il a sorti cette année, en huit matches.

En clair : Jouer parce qu'il n'y a rien à perdre

Quevilly-Rouen réalise une saison de haut vol. Cela ne les a pas empêchés de se faire surprendre par trois fois à la maison. Petite raison d'espérer pour l'USC, qui n'a pas grand chose à perdre. Les feux follets Mokdad et Sangaré sont de retour en forme. Il y aura quelques coups à jouer en contre. Créteil a grillé plusieurs jokers et doit récupérer des points, mais chercher à tenir un 0-0 serait un mauvais calcul car la défense finirait par craquer. Puisque l'USC arrive avec le costume d'outsider, pourquoi ne pas se faire plaisir et tenter de surprendre cette équipe par le jeu ?