Samedi dernier s'est déroulé le huitième tour de Coupe de France. Pour Créteil, ce qui devait être une étape à sa portée s'est transformé en véritable enfer, duquel les Béliers ne sont pas sortis victorieux...

Et pourtant, on l'imaginait déjà, notre beau parcours ! Une qualification contre Gonfreville, et la réception d'un "gros" de L1 en 32èmes de finale. Un scénario rêvé de tous les supporters cristoliens, qui ne se déroulera finalement pas comme prévu. Récit d'une élimination inattendue qui a fait ressurgir les fantômes du passé.

Un début de match cauchemardesque

18 heures à Gonfreville-L'Orcher, petite commune de Normandie, où les supporters de l'ESMGO auront retenu leur souffle durant 120 minutes. Tout comme la grosse trentaine de bruyants Cristoliens, venus pousser les leurs sous la pluie. L'espoir d'une qualification est dans toutes les têtes, tant cristoliennes que gonfrevillaises... Ce huitième tour - le dernier avant l'entrée en lice des équipes de Ligue 1 - représente un grand objectif pour les deux équipes. Un dernier match avant une belle fête à la maison, peut-être face au Paris-Saint-Germain ou à l'Olympique de Marseille... Néanmoins, Créteil qui prenait logiquement les allures de grand favori de la rencontre avant le match, va voir d'emblée ses chances de qualification rapidement compromises...

Effectivement, comme vous avez pu le suivre sur le live-audio du match sur notre page Facebook, Gonfreville a rapidement pris les devants. Au bout du troisième corner, et alors qu'on ne jouait que la septième minute, Stive Mendy trompe Over Mandanda (1-0) ! Le public se met à rugir, et les Cristoliens à douter... Heureusement, la réaction des Béliers arrive illico presto, par l'intermédiaire de Mohammed Bouhmidi. L'attaquant de pointe réussit, également sur corner, à inscrire un but qui remet les compteurs à zéro (1-1) !

Peu avant la mi-temps, le match est interrompu suite à l'usage de nombreux fumigènes venus du parcage visiteur cristolien (comme le détaille Le Parisien). Certains cadres des Béliers se précipiteront à leur rencontre, pour essayer de calmer temporairement leur rancoeur envers la direction du club, afin que le match puisse reprendre.
Ensuite, le temps s'écoule, continue de s'égréner sans qu'une des deux formations n'arrive à définitevement sceller le sort de ce match, en dépit des trois montants touchés par les joueurs cristoliens.

Vous l'avez compris, cette histoire devrait se régler aux prolongations ! Pour la deuxième fois de leur campagne en Coupe de France, les Franciliens vont jouer trente minutes supplémentaires, pour cette fois tenter de se garantir une place pour les 32èmes de finale de la doyenne des coupes. Et aussi pour se donner l'éventualité très attrayante de recevoir une grosse cylindrée du football français à Duvauchelle. Rien que ça !

 

79166430 806979656419858 3224024957453336576 n

Le spectacle pyrotechnique était encore au rendez-vous chez les supporters cristoliens. Cette fois accompagné d'un message contre la direction.

Un naufrage !

Il restait alors demi-heure pour aller chercher ce sésame, qui avait échappé à l'USC après une longue séance de tirs au but contre Limonest, la saison passée. Malheureusement pour Créteil, un chat noir a pénétré le stade Maurice Baquet à ce moment - nous ne voyons pas d'autre explication - et a littéralement jetté un sort sur les joueurs de Carlos Secretario ! D'abord, à la 97ème minute de jeu, Maxime De Taddéo est exclu à la suite d'un second carton jaune pour avoir été l'auteur d'un geste disgrâcieux, selon l'arbitre... Une exclusion clairement discutable qui va saborder la prolongation cristolienne, car Kévin Auzou permet peu après à Gonfreville de récupérer le leadership dans ce match (2-1) ! C'est désormais au pied du mur que Créteil continue cet extra-time. Les Béliers - qui évoluaient en bleu - poussent vers le but de Nelson Correa, et Mohammed Bouhmidi réalise le doublé, et entame ce qu'on croyait comme étant la remontada francilienne (2-2) ! On se dit alors que les dés sont jetés, que l'avenir de ces deux clubs va se jouer à la dure séance des tirs au but... Mais, les Gonfrevillais ont décidé de s'y opposer...

La grossière erreur d'Alexandre Pardal sur un contre des locaux, après que l'USC ait manqué la balle du 2-3, entérine la fin du rêve cristolien car Gonfreville reprend un avantage cette fois définitif (3-2). S'en suit deux nouvelles réalisations des Gonfrevillais, par l'intermédiare de Stive Mendy et de Mansour Diallo, qui porte le score final à 5-2 pour les Normands. Foutu chat noir !

Une grosse claque

Cinq buts concédés contre une équipe de National 3 en (très grande) difficulté dans son championnat, cela ne colle pas à l'ambition d'une qualification en 32ème de finale d'une compétition qui aurait pu redonner le sourire aux supporters. L'affiche des grands soirs à Duvau ? Cela ne sera pas pour cette année, encore une fois. Qu'il est dur de tomber de cette manière en Coupe !
Espérons que les Béliers vont réussir à hausser la tête pour la réception de Concarneau (eux aussi éliminés de la Coupe de France, pour le compte de la seizième journée du championnat de National. Car il ne reste désormais que ça à se mettre sous la dent, et il ne sera plus question de faire tourner l'effectif. En espérant déjà que Créteil, à domicile, puisse jouer devant ses supporters...