Les recrues

Un défenseur, un milieu de terrain et un attaquant, voici en quelques mots le résumé du mercato cristolien. La formation francilienne, 15e de Ligue 2 au 1er janvier 2016, avait grand besoin de sang neuf pour aller chercher le maintien, objectif qui devient de plus en plus compliqué au fil des matches.

Chronologiquement, Youssouf Niakaté est le premier joueur à être venu renforcer l’US Créteil. L’attaquant français de 23 ans, est arrivé dans le Val-de-Marne en provenance d’Avranches (4 buts en 8 matches cette saison). Titulaire à trois reprises et entré en jeu à Valenciennes, il n’est pas encore parvenu à inscrire son premier but chez les professionnels. Capable d’évoluer sur les côtés ou dans l’axe, Niakaté offre au moins une solution supplémentaire à Laurent Roussey sans que son arrivée ait jusqu’ici révolutionné l’attaque cristolienne.

Amorphe, le mercato de l’USC s’est accéléré sur la fin avec deux arrivées officialisées le 1er février. La signature de Fabien Barillon a été effective quelques heures avant la deadline finale. Le défenseur central de 27 ans, passé par Istres en début de carrière, était prié de trouver un nouveau club depuis fin décembre. Ecarté à Nîmes après avoir été mis en cause dans des affaires de paris sportifs, il arrive à Duvauchelle fort de plus de 150 matches en Ligue 2. Pas du luxe pour la défense cristolienne, passoire depuis le début de saison et qui a encore encaissé deux buts à Valenciennes.

Pour finir en beauté et renforcer chaque ligne, le club a enregistré le renfort de Sasha Petshi, annoncé en exclusivité par USC 1936, milieu défensif en provenance des Blackburn Rovers (D2 anglaise). Jeune, comme Niakaté (23 ans), le Francilien n’a pas joué une seule rencontre cette saison avec le champion d’Angleterre 1995. Difficile de dire s’il sera en mesure d’apporter un plus au club.

Les couacs

Si Créteil a tardé à accélérer son mercato, c’est sans doute aussi à cause de « l’affaire Niakaté » qui a pu freiner les ardeurs des dirigeants. A peine arrivé, l’attaquant français était sur la feuille de match face à Lens (1-1). Problème, Avranches, son ancien club, n’avait pas envoyé sa lettre de sortie. Beau joueur, Gervais Martel a décidé de ne pas porter réserve et l’USC a payé Avranches pour obtenir le précieux document. Un couac qui aurait pu coûter un point à un club déjà en grande difficulté.

Au rang des arrivées, il faut aussi évoquer celle de Frédéric Piquionne, en tant qu’entraîneur des attaquants. Annoncé comme officiel, le recrutement de l’ancien Stéphanois, n’a pas été si simple. Piquionne s’est vu proposer un contrat, apparemment en or, du côté des Emirats Arabes Unis, et avait décidé de donner son accord. C’était avant que la rencontre sur place ne se passe pas comme prévu. Sans contrat, Piquionne est alors revenu vers le Président Lopes qui a accepté de l’intégrer au staff technique. Sans doute un renfort pour le club mais une tache pour l’image de l’US Créteil, roue de secours dans cette affaire.

Aucun départ

C’est peut-être le point positif de ce mercato hivernal : aucun joueur n’a quitté l’US Créteil. Et pourtant, quelques noms, dont Faneva Andriatsima, étaient annoncés partant notamment du côté du PFC. Au final, le même effectif, renforcé par Niakaté, Barillon et Petshi, se battra pour le maintien du club.