Yannis Dogo est bel et bien sur le départ du club et serait suivi par plusieurs clubs de National.

Yannis ne devrait plus faire partie de l’effectif de l’USC à la reprise. Avranches, Villefranche et Concarneau se seraient renseignés sur le joueur. Il n'a pas eu d'entretien, ni même de nouvelle du club hormis un appel du directeur sportif Rui Pataca, qui l’a appelé́ pour savoir comment allait le joueur, suite à l'épidémie du COVID-19.

Son conseiller nous confirme que Dogo a su qu’il ne resterait pas au club il y a seulement 3 jours, via un appel du coach qu’il a dû lui-même relancer, n’ayant pas eu de nouvelle plus tôt.

Il nous rappelle pourtant que "en National 2, Dogo avait fini meilleur buteur de Créteil" mais que cette saison en National, le joueur n’a pas pu retrouver son niveau à cause d'une blessure (pendant la préparation face à Auxerre) qui a duré car mal soignée. "Il aurait pu faire mieux s'il était mis dans les bonnes conditions" physiques et de préparation rajoute son conseiller. Malheureusement pour lui, certaines personnes de la direction souhaitaient qu'il reste, d'autres qu'il parte. "Dogo a fini 3 fois meilleur buteur de National 2, mais avec le système de jeu du coach, il ne pouvait pas s'exprimer, car aucun centre n’arrivait dans la surface et il n’était pas non plus servi pas les ailiers. C'est un attaquant de surface, il a besoin de centres".

"Dogo n'a jamais fait d'histoires, il s'est toujours bien comporté. L'année dernière, des clubs de Ligue 2 et de National nous ont appelé́, et il a fermé les yeux pour rester à Créteil. Et aujourd'hui, dans le sens inverse, c’est différent. Mais c’est le football, c’est ainsi" nous confie son conseiller, désabusé́ par la situation de son joueur alors que le club a déjà̀ vu partir Maxime Ras, Mamadou Diallo, et que Ludovic Pancrate n'a pas encore prolongé.

Son conseiller termine en nous confirmant que "aucune proposition n'a été faite à Dogo. Il était prêt à faire un effort pour rester car il se sent bien ici, mais le club n’a rien proposé. Il ira faire le bonheur d’un autre club".

Credit Photo : Le Parisien