Carlos Secretario : "L'adversaire était très agressif aujourd'hui, et l'arbitre n'a pas protégé les joueurs." 

 

 

Réaction des coachs

Carlos Secretario : "On pouvait gagner ce match. En première mi-temps on a joué très bien pendant 30-35 minutes, mais je suis obligé de remplacer deux joueurs qui se blessent et ça change un peu notre dynamique de jeu. C'est très difficile pour nous car après on n'a plus qu'un seul changement à faire. C'est pour ça qu'avec tout ce qu'il s'est passé contre nous, un point c'est un point. En deuxième période l'adversaire n'a pas tiré au but une seule fois. On a joué toute la seconde mi-temps dans le terrain de l'adversaire qui avait 11 joueurs qui défendaient. Contre des équipes qui jouent comme ça c'est très difficile. Mais je suis fier de nos joueurs qui ont fait un très bon match et se sont battus jusqu'au bout. Nous avons joué pour prendre les 3 points, on n'en a qu'un seul.

Entre les joueurs déjà blessés ou suspendus et les joueurs blessés aujourd'hui, on n'a plus beaucoup de joueurs pour le prochain match. Mais nous jouerons de la même manière, j'ai confiance en tous les joueurs, même ceux qui pourraient venir de National 3, et nous jouerons pour gagner. Les joueurs blessés ou suspendus, ça n'est pas une excuse. C'est avec les joueurs disponibles que nous jouerons le prochain match pour le gagner.

Aujourd'hui, l'arbitre n'a pas protégé les joueurs. L'adversaire était très agressif, ils ont fait beaucoup de fautes et il n'a jamais sorti le carton jaune. Quand le premier carton est à la 40è contre nous, l'arbitre aurait pu faire mieux. Nous ne cherchons pas d'excuses. C'est comme pour le pénalty, c'est l'arbitre qui décide, pas moi. Je n'aime pas parler des arbitres, mais il aurait pu faire mieux. L'adversaire gagnait beaucoup de temps, faisait beaucoup de fautes... et après nous avons deux joueurs blessés, et ça m'énerve un peu.

Mais je reste fier de mes joueurs et le plus important c'est l'équipe. Ils n'ont pas lâché le match jusqu'à la dernière minute. Ils ont joué pour les trois points malgré tout ce qu'il s'est passé. Dans le jeu, l'équipe est restée équilibré, est restée concentrée. Nous avons beaucoup de qualité et nous allons jouer tous les matchs pour les gagner. Nous sommes une vraie équipe, nous sommes une famille, et quoiqu'il se passe dans le match, on jouera pour gagner, contre tout le monde."

Fabien Pujo (Entraineur de Toulon) : "Il nous a manqué la faculté à ressortir les ballons proprement, et peut-être leur faire beaucoup plus mal sur les retours, donc on a beaucoup subi. Sans qu'ils aient beaucoup d'occasions car je n'ai pas senti, jusqu'au but, qu'ils ont eu beaucoup de situations. Le but est sur un jeu long, mais il faudrait que je revoie la vidéo. Andréani fait un début de saison tonitruant, mais c’est une micro erreur de quelques secondes qu'il paye cash. Toujours pas de première victoire, et comme vous avez tous suivi l'actualité chez nous, c'est chaud bouillant donc affaire à suivre [Le coach pouvait être remplacé si Toulon ne gagnait pas NDLR]. Ce n’est pas moi qui décide dans ces situations-là.

Je n'ai jamais eu aucun doute sur mes joueurs. On n'est qu'à 3 points du premier relégable donc il n'y a pas grand drame. Est-ce que ça va suffire pour gagner encore une semaine pour préparer le match contre Concarneau en espérant une victoire chez nous ? Le foot est ainsi fait à ce niveau donc je m'adapte. Malgré l'histoire de Toulon, on est aujourd'hui un club qui va jouer le maintien cette année. Si le seul remède c'est changer l'entraineur, moi je l'accepte. Moi je ne lâche pas, et l'équipe non plus. Elle n'est pas passé loin d'avoir sa première victoire à Créteil. Aujourd'hui on est au haut niveau en termes de supporters, mais il faut qu'on prenne conscience qu'on rentre dans un monde où on n'a plus le plus gros budget comme en DH ou en National 2 où on était au-dessus des autres."

L'avis des experts

Vincent Magniez (National FFF TV) : "Créteil continue sa série positive de 4 matchs sans défaite, mais aujourd'hui, cette équipe aura bien galéré. Elle a été bien génée par cette équipe toulonaise qui a de grosse qualités, et qu'on a senti derrière son coach. Créteil a été mis en difficulté, a été bousculé, mais n'a jamais abdiqué. Sur cette deuxième mi-temps, l'USC a mis plus d'intensité, plus d'envie offensive, et a été récompensé par ce but à la 90è minute."

Julien Ielsh (Jour de Sport) : "Le miracle existe à Duvauchelle, pour preuve ce but de Pelletier. Rien n'aura marché ce soir, sauf dans cette première minute du temps additionel. Que de regrêts pour les toulonnais.