Et pourtant en face ce n'était que Belfort, et pourtant ils n'avaient pas gagné à domicile depuis le 2 septembre en championnat, et pourtant ... Créteil a encore perdu.

Les Béliers ont enchaîné une cinquième défaite de suite, et s'enfoncent encore un peu plus dans cette crise qui dure depuis 2 saisons maintenant. Par miracle, l'USC n'est pas encore relégable mais compte seulement 2 points d'avance sur le dernier du championnat. Ce soir, nous ne parlerons pas du match, tellement cela devient usant de se répéter semaine après semaine sur un scénario que l'on connaît par coeur. Mais nous allons essayer d'analyser cette saison désastreuse.

Il est bien loin le temps où Ndoye et cie. brillaient sous les couleurs jaunes et bleues ! Les dirigeants cristoliens avaient pourtant annoncé comme objectif de remonter en L2 dès cette saison. 

Mais le 2ème budget de National a complètement loupé son mercato estival, puis hivernal. Les Béliers se sont  également plantés sur le choix des hommes. Car Stéphane Le Mignan a déjà perdu 8 fois en 12 rencontres, soit une défaite de plus que le bilan de Laurent Fournier en 17 matchs lors de  la première partie de saison.
On peut également se poser des questions sur la compétence des hommes qui dirigent notre club : Olivier Miannay avait-il les épaules pour être en charge d'un club qui devait lutter pour la montée ? Les résultats pour l'instant montrent que non, c'est le moins que l'on puisse dire.

Mais le directeur général de l'USC ne peut être le seul responsable de cette saison catastrophique. Car le mal était déjà bien présent en 2015-2016. Dans un sondage réalisé sur les réseaux sociaux d'USC1936, les supporters des Béliers ont voté à une très grosse majorité pour le départ du clan Lopes, même si cela devait nous coûter une descente à l'échelon inférieur sans avoir de certitudes sur la date de retour.
Après plus de 15 années de présidence, on ne peut pas dire que le bilan de l'homme d'affaires portugais soit très positif. Lui qui rêvait de L1 à son arrivée, est en train de voir son club se diriger tout droit vers une descente au 4ème échellon du football français. Un cauchemar pour celui qui a quitté les Lusitanos de Saint-Maur en 2002, club qui à l'heure actuelle est sur le point de retrouver le National. Si ce scénario se réalisait, cela serait sûrement la fin d'un cycle pour le président Lopes.

Mais dans ce désastre sportif, les amoureux des Jaune et Bleu pourraient se réjouir d'un chose avec le départ de Mr Lopes, la fin de la particule et le retour des  3 plus belles lettres : U.S.C.

 

SEULEMENT US CRETEIL !!!

 

#SeulementUSCréteil #OnLâcheraPasNous