De toute façon, il n'y avait pas grand-chose à perdre. Malgré tout, l'USC a sérieusement mis en danger un cador du championnat, qui ne doit son salut qu'à une erreur de Romain Cagnon.

Mardi dernier, les Cristoliens ont brûlé un joker en s'inclinant à Duvauchelle contre le SC Lyon (0-2). La relance contre le FC Annecy a été parfaite, avec un succès 4-1. De bon augure pour préparer le déplacement à Rouen, chez le dauphin du SC Bastia. Avec 13 points de plus dans la besace des Léopards, il était clair que les Béliers n'étaient pas favoris sur ce match. Mais ils se sont montrés vaillants, et ont jeté toutes leurs armes dans la bataille. En vain, certes, mais on sent depuis le départ de Déziré une certaine osmose dans l'effectif de Manuel Ramos...

Le match

1ère MT : Round d'observation avant le temps fort cristolien !

C'est sous un ciel particulièrement dégagé et ensoleillé que les 22 acteurs de la rencontre ont foulé la pelouse du stade Robert-Diochon. Sous la direction de M. Toulliou (nous en reparlerons...), le coup d'envoi est donné ! Heureusement pour les Béliers, le scénario du match aller, qui avait vu Andrew Jung inscrire un but après moins d'une minute de jeu ne semble pas se reproduire. Au contraire, les Cristoliens ont bien pris la mesure de leur adversaire, et restent solides et en portant le ballon dans le camp adverse. Malheureusement sans se porter dangereux. La première situation chaude est à mettre au bénéfice d'Ibrahim Sangaré, qui tente sa chance aux abords de la surface, une tentative déviée par le mur rouge (18').

qrmCrédit image : qrm.fr

Plus tard, un débordement de Sawadogo met un peu le feu à la maison de Bruno Irles, avec un cafouillage qui ne profite pas à Créteil (22'). Mais l'action la plus dangereuse pour les Béliers arrivent à la 39ème minute de jeu, avec le bon décalage de Sangaré pour Pancrate, qui adresse aussitôt un centre à ras de terre pour Sawadogo, miraculeusement sorti par un défenseur de QRM. Trois minutes plus tard, ce même Sangaré trouve le petit filet de Lemaître... alors que le but était presque ouvert (42') ! Vous l'avez compris, ce temps fort cristolien ne permettra pas l'ouverture du score, et c'est avec un 0-0 au tableau d'affichage que Cristoliens et Quevillais rentrent aux vestiaires.

2ème MT : Une erreur qui coûte cher.

Au retour de la pause, QRM retrouve sa vivacité et sa dangerosité, qui lui manquait jusqu'alors. Lucas Toussaint sonne la révolte avec une frappe... bien captée par Cagnon (47'). Mais finalement, c'est sur un ballon que l'on croyait anodin que le match bascule définitvement. La passe en profondeur du milieu rouge arrive vers Romain Cagnon... mais celui-ci rate complètement son dégagement, laissant le ballon rouler vers le poteau droit, avant d'être poussé au fond par « le talon gauche ou la fesse » d'Andrew Jung, qui n'a d'ailleurs pas hésité à célébrer son but de manière faste (1-0, 50').

qrm 2Crédit image : Jean-Marie Thuillier/Paris-Normandie

Un coup de massue pour Créteil, jusque-là bien en place. Les dix minutes qui ont suivi le but ont vu les Béliers se perdre sur le terrain, et affronter les assauts de QRM, bien décidés à enfoncer le couteau dans la plaie. Heureusement, les entrées de Farade et de Mokdad vont dynamiser l'attaque cristolienne, avec de nouvelles propositions. Un choix bien flairé par Manuel « Néné » Ramos, mais qui s'avère inefficace. Mais alors qu'on pensait que cette soirée était déjà suffisamment frustrante, voilà que les Quevillais vont essayer de gagner le maximum de temps possible, en gardant le ballon au sol avec les pieds par exemple. Une technique bien réalisée par Mathéo Remars, qui a eu le don d'énerver Abdelmalek Mokdad. Résultat des courses, après deux tentatives pour enlever le ballon des pieds de Remars : carton rouge pour l'ailier algérien ! S'en suivent de longues minutes d'attente, le temps que le joueur sorte de l'aire de jeu, et un coup de sifflet final qui arrive presque à la reprise du jeu !

Un arbitrage « maison » par excellence de la part de M. Toulliou, pour ne pas dire plus...

Encou - rageant !

Sur le papier, cela reste une défaite, la quatrième sur les cinq derniers matches. Maintenant, il va falloir remettre les pendules à l'heure à Saint-Brieuc, dès mardi. Mais en s'appuyant sur le contenu de cette rencontre, les Béliers auront vraiment leur chance face au Stade Briochin. Remplis de bonne volonté et ne manquant pas d'audace, les Jaune et Bleu ont  manqué de réalisme ce vendredi, à l'instar du dernier match contre Annecy. Un manque de régularité qui est rédhibitoire pour accrocher le podium en fin de saison. Maintenant, il va vraiment falloir que cette équipe fasse preuve de plus de constance, car toutes les semaines nous répétons la même chose : bel état d'esprit, encourageant, mais elle n'arrive pas à enchainer les bons résultats et reste sur une très mauvaise série. Rappelons-le, la zone rouge n'est qu'à quatre petits points, et il serait malheureux de se faire peur lors des derniers matchs. 

Il reste 33 points à aller chercher, et il faut aller chercher ces quatre victoires nécessaires pour terminer la saison l'esprit tranquille.

Les statistiques du match

J24