Bélix, supporter de l'US Créteil, donnera son avis après chaque match du club cristolien. On commence aujourd'hui avec cette défaite rageante contre le SO Cholet, 2-1.

Le ressenti de Bélix

Que ce fut laborieux ! Créteil perd une nouvelle fois une occasion de revenir à un point du podium. Une défense qui prend l’eau, une attaque qui ne joue pas ensemble, et un milieu sous-utilisé, tel est le constat que je fais devant mon écran. La stratégie de départ était visible : jouer long pour embêter les locaux. Ce fut malheureusement un échec, et à aucun moment le staff cristolien n'a changé fondamentalement de tactique en cours de match. En effet, les Béliers sont connus pour leurs relances courtes, pour leur jeu de patience avec des passes courtes, pour leur solidarité défensive. Hier soir, il n'étaient que l'ombre d'eux-mêmes...

A l’image de Stéphane Véron, auteur d’une parade exceptionnelle avant de réaliser une faute de jugement qui coûte le deuxième but des hommes de Stéphane Rossi. Beaucoup de regrets une nouvelle fois, dans une partie où Créteil semblait supérieur à son adversaire, et ce, même en étant dans un mauvais soir. Tout reste jouable évidemment pour la montée, mais les munitions s’épuisent et il faudra réagir immédiatement pour aller chercher les six points sur les deux prochains matches qui seront à domicile, avant de faire face à un calendrier démentiel qui montrera la valeur de nos réelles ambitions...

L'avis de Bélix

AVIS b

LA DÉFENSE :

  • La charnière centrale : Elle était composée du duo Soaré-Belkouche. « Passif », c'est bien le mot qui me vient à l'esprit et qui résume bien l’impression générale du terrain. En effet, à l’image du premier but, la défense a regardé les attaquants Rouges dans la surface. De plus, les déchets dans la relance ont été trop nombreux.
  • La rigueur défensive des latéraux : Ce match était compliqué pour Fofana, captitaine du soir, et Ahamada. Absents en défense, leur impact en attaque a été presque inexistant. Une rencontre à oublier à tout point de vue pour eux.
  • Le pressing des Béliers : Seul point positif à retenir du match, il s’agit du pressing des Béliers qui a permis de récupérer de nombreux ballons dans le camp choletais. Malheureusement, aucun de ces ballons n’a amené une situation dangereuse qui aurait mis la 16ème défense de National en difficulté.

L'ATTAQUE :

  • L’incompatibilité de la S-P-S : Les trois attaquants se marchent dessus, s’isolent et tentent de faire la différence par eux-mêmes en solitaire. L’ajout d’un nouvel attaquant en la personne de Kévin Farade a rendu encore plus visible la mauvaise entente entre les quatre de devant.
  • Le style de jeu : Créteil a usé d’un jeu beaucoup trop direct, avec trop peu d’efficacité. Face à une équipe aussi physique que Cholet, sans doute que ce n’était pas la meilleure des solutions. En très peu de temps, le style de Carlos Secretario avec un jeu plus court a disparu pour laisser la place à un jeu à l’anglaise.

Les tops de Bélix

tops

Le Top de la soirée : Christopher BAPTISTA

  • Il est l’homme de l’ombre, le milieu box to box de Créteil. Baptista a été une nouvelle fois très bon, à l’origine du but cristolien après un très bon rush. Percutant, il a été avec Kévin Bru, sorti sur blessure prématurément en première mi-temps, le seul à briller sur le terrain.
  • Le pressing cristolien, qui a permis de récupérer des ballons haut, mais qui n'a pas porter ses fruits
  • Le coaching gagnant de Richard Déziré avec l’entrée de Kevin Farade, unique buteur.

Les flops de Bélix

flops

Le Flop de la soirée : la défense cristolienne

  • Elle a encaissé le 11ème but sous l’ère Déziré, soit une moyenne de 1,83 but / match. Pour rappel, sous l’ère Secretario, la même défense a encaissé 10 buts en 16 matchs, soit une moyenne de 0,625 buts / match. Où est passée la meilleure défense de National sur la phase aller ?
  • Les blessures de Kévin Bru et de Zakaria Belkouche, inquétantes pour la suite de la saison.
  • Le style de jeu beaucoup trop direct des Béliers, qui se sont projetés trop vite en attaque, avec un manque flagrant de construction de jeu.