Sur une pelouse synthétique, les Béliers ont rendu une pâle copie, peut-être la pire de la saison. Même à 11 contre 10, Créteil s'incline contre le SO Cholet, bien plus réaliste et solide. Rageant.

C'était le 20ème match de National pour l'US Créteil, et le 4ème déjà pour Richard Déziré. Avec une victoire hier soir contre les hommes de Stéphane Rossi, les Cristoliens pouvaient remonter à la 4ème place, à seulement un petit point du Red Star, 3ème et actuel barragiste. Finalement, avec cette défaite, qui en soit n'est pas dramatique pour la suite de la saison, les Jaunes et Bleus tombent dans la seconde partie de tableau. Pourtant, le podium était si proche...

Le match

1ère MT : des Béliers inoffensifs !

À l'image du body language de Richard Déziré, les Cristoliens n'ont guère été transcendants dans le premier acte. Outre une première micro-situation au bénéfice de Sawadogo dès la première minute de jeu, l'USC perd rapidement le contrôle du jeu, laissant le champ libre à Cholet. Le résultat est sans appel : Yohan Le Méhauté se balade dans la surface cristolienne, et glisse parfaitement le ballon au fond des filets (1-0, 10'). Devant une défense médusée, les Rouges ouvrent le score. La réaction des hommes en blanc ne se fait pas attendre, même si celle-ci reste trop timide : Pancrate, dans la zone de vérité, décale le ballon vers Sawadogo, mais sa frappe est déviée en corner (13').

instants photoballistiques 1613913925282796Crédit image : Instants Photoballistiques

La suite de ce premier acte voit les deux équipes se rendent coup pour coup. D'abord avec une tentative choletaise qui a frôlé la transversale (25'), Sawadogo répond avec un enchaînement de dribbles, qui ne trouve pas une issue favorable. Le coup dur de cette première mi-temps, outre le but, c'est bien sûr la sortie sur blessure de Kévin Bru (40'). Remplacé par Farade, Richard Déziré change le schéma tactique, pour se rapprocher d'un 4-2-4.

2ème MT : un carton rouge choletais... qui désorganise Créteil !

La sortie des vestiaires est, malgré tout, très intéressante pour les Béliers. Une agressivité positive, qui a permis à Christopher Baptista de réaliser une percée de 20 mètres dans le camp adverse, avec un centre en direction du nouvel entrant : la passe est parfaite, et Kévin Farade ajuste Mandréa d'un tir croisé bien placé (1-1, 52') ! L'égalisation, si elle était encouragente, se révèle être un avantage non négligeable lorsque, quatre minutes plus tard, Maggiotti est expulsé pour une faute anti-sportive sur Baptista (encore lui !). Mais alors qu'on pouvait penser les Choletais dans une spirale négative, voilà que les Béliers se retrouvent en difficulté, en supériorité numérique ! Et il faut une superbe parade de Véron pour évacuer un danger bien trop persistant (60').

instants photoballistiques 1613913925281271Crédit image : Instants Photoballistiques

D'un autre côté, les coups de pied arrêtés se multiplient pour les Cristoliens, sans jamais trouver la faille. Poutant, c'était sans compter la bonne déviation de Soaré qui frôle le poteau d'Anthony Mandréa (69'). Malheureusement, même à 10, Cholet prouve que le danger peut venir de partout, en particulier de leur côté droit. Le centre bien ajusté pour Yankuba Jarju fait mouche, bien aidé, il est vrai, par un mauvais jugement de Stéphane Véron dans sa sortie (2-1, 73'). Un énorme coup derrière la tête pour Créteil, dont l'USC ne se relèvera pas. Il faut attendre le temps aditionnel pour voir les Béliers sortir la tête de l'eau. Notamment sur un corner bien repris par Pancrate, et qui oblige Mandréa à réaliser un superbe arrêt réflexe, tellement « réflexe » cet arrêt que les hommes de Déziré se plaignent que le ballon ait franchi la ligne (87'). Finalement, une ultime tentative de Ludo' (90') et un corner scellent le résultat du match. Créteil s'incline, et peut nouer de nombreux regrets.

Une défaite qui fait tâche...

Ce revers est particulièrement décevant.

D'un point de vue comptable d'abord, puisque Créteil revient bredouille de ce déplacement dans le Maine-et-Loire. Aussi, parce que la défense francilienne devient de plus en plus perméable, avec un nouveau match avec deux buts encaissés. Mais surtout, comme contre Sète et Le Mans, les Béliers se désorganisent complètement en supériorité numérique, et encaissent même le but de la défaite. Une faute presque inexcusable quand on sait que l'USC avait égalisé quatre minutes auparavant, et était dans une bonne dynamique.

Ensuite, d'un point de vue tactique. Comme contre Sète et Le Mans, les Béliers ont été incapables de produire du jeu. Le ballon a été trop peu souvent au sol pour pouvoir construire, et le match s'est résumé à balancer devant dans l'espoir qu'il y ait un exploit individuel. PIre, les choix de Richard Déziré sont difficilement compréhensibles. Buaillon et Pereira étaient-ils blessés ou aptes ? Dur à savoir sans communication à ce sujet de la part du club, mais s'ils étaient aptes, comment expliquer leur absence du 11 de départ ? De plus, pourquoi utiliser ces deux joueurs à un poste qui n'est pas le leur ? La rencontre s'est terminée avec la moitié de la défense composée de joueurs qui n'étaient pas à leur poste préférentiel.

Quoiqu'il arrive, les Cristoliens se retrouvent maintenant 10èmes de ce championnat de National, mais toujours à quatre portées de fusil de l'Étoile Rouge, barragiste. Il faut se contenter de cela pour le moment, mais surtout penser très vite à la suite de la saison, avec un enchaînement de deux matches à la maison, contre les deux derniers du National. L'objectif « 6 sur 6 » est clairement énoncé pour espérer recoller avec le podium, et reprendre une bonne position au classement.

ALLEZ CRÉTEIL !