En dépit d'une prestation collective de grande qualité, les Béliers n'ont pas su enfoncer le clou contre des Manceaux en grande difficulté, et ont concédé un pénalty dans les derniers instants. Frustrant.

Dans un stade Duvauchelle vidé de tous ses spectateurs, confinement oblige, les Cristoliens ont affronté Le Mans FC. L'objectif, en plus en prendre les trois points, était de poursuivre sur la bonne lancée de trois matchs sans défaite, toutes compétitions confondues. Face à une formation sarthoise à la peine en championnat, le récent relégué de Ligue 2 voulait se reprendre avec un succès contre Créteil. Malheureusement, ce petit point pris pour chaque équipe n'arrange personne, si ce n'est Le Mans, compte tenu de la physionomie de la partie.

Le match

Justement, intéressons-nous à cette rencontre de vendredi dernier. Eddy Rosier est au sifflet, et c'est dans un silence de cathédrale qu'il donne le coup d'envoi.

1ère MT : Les Béliers tout en maîtrise

Difficile de critiquer la première mi-temps des Jaune & Bleu, tant les situations ont fleuri devant les cages de Patron. Derrière, le bloc compact a fonctionné à merveille, obligeant les Manceaux à rester inoffensifs. L'entame de match de l'USC, souvent décriée ces derniers temps, aurait pu être parfaite si Kévin Farade n'avait pas été signalé hors-jeu lorsqu'il a trompé le gardien sarthois d'une frappe croisée (7'). Un premier avertissement aussitôt suivi d'une tête de Kévin Bru qui atterrit sur le poteau (12'). Toujours 0-0, mais les Béliers dominent outrageusement les débats, profitant même des déchets techniques du Mans, qui a multiplié les pertes de balles dans le milieu de terrain.

Finalement, c'est sur un corner de Kévin Bru que les Cristoliens vont trouver la faille. Après avoir vu son coup de pied de coin être renvoyé par Donisa, la recrue francilienne adresse un nouveau centre dans la boîte, qui permet à Farade d'ajuster Patron d'une tête croisée (1-0, 29'). La logique est respectée, et il semble que les Béliers ont fait le plus dur, tant les Sang et Or étaient à court de solution. Sur une ultime occasion de Mokdad, M. Rosier renvoie tout le monde aux vestiaires.

mans

2ème MT : Mokdad rate la balle du 2-0

La deuxième mi-temps aurait pu commencer comme la première. Suite à une talonnade inspirée de Pancrate, Farade décoche une frappe qui oblige Patron à dévier le ballon vers Mokdad qui, à quelques mètres du but, manque le cadre (46') ! Une immense erreur que les Béliers vont payer cash... Au fil du match, les Manceaux reprennent du poil de la bête et rééquilibrent les débats, avec une occupation de la moitié de terrain cristolienne. Point d'orgue à la 71ème minute, lorsque Gope-Fenepej envoie le ballon vers la lucarne de Véron, qui réussit un bel arrêt pour sortir le cuir (71'). Quelques minutes après cela, Zakaria Belkouche subit une intervention irrégulière et tardive de Glaentzlin, qui récolte un carton rouge (81').

Alors que l'on pourrait penser que Le Mans s'était tiré une balle dans le pied avec cette expulsion; ce sont paradoxalement les joueurs de Didier Ollé-Nicolle qui vont conclure ce match avec le pied sur l'accélérateur. Les situations se multiplient devant les buts cristoliens, tandis que les joueurs de Secretario semblent perdus sur la pelouse. Le milieu de terrain a disparu, ce qui permet aux Manceaux de se retrouver facilement devant Véron. Et après un arrêt XXL du pied de notre portier, Kassim Ahamada provoque un pénalty, sans doute discutable. La magie n'opère pas et, malgré le bon choix de Véron, Youssouf égalise (88', 1-1). Dans la foulée, c'est toujours Le Mans FC qui va inquiéter l'US Créteil, mais sans parvenir à réaliser un improbable hold-up. Le score en reste là, et aucun doute sur le fait que les locaux pourront nourrir de nombreux regrets.

70 minutes de très bonne facture

Pendant la majeure partie de la rencontre, nous n'avons pas reconnu l'équipe de Créteil qui avait, jusqu'à présent, beaucoup de mal à se montrer dangereuse. Mais durant ce match, l'USC a proposé un jeu séduisant qui a associé une solidité défensive que l'on connait bien avec un secteur offensif qui a enfin réussi à inquiéter régulièrement les défenseurs adverses. Le choix de basculer Farade sur le côté gauche a été une bonne idée, avec toutes les percussions qu'il a apporté dans son couloir. Le milieu de terrain s'est montré inspiré, à l'image de Kévin Bru, présent sur tous les bons coups. En somme, en réitérant ce genre de prestation, les Béliers gagneront plus de points qu'il n'en perdront.

Seule ombre au tableau, cette baisse de régime au courant de la seconde période doit leur rappeler qu'un match de football dure 95 minutes. Peut-être que la présence de supporters à ce moment-là aurait pu pallier à cela. C'est donc en apprenant de leurs erreurs que les Cristoliens continueront de s'améliorer, et une chose est sûre : ils sont sur la bonne voie. A moins que le problème ne soit la profondeur du banc de l'USC. Les changements entrepris par Carlos Secretario n'ont pas permis à ses joueurs de surfer sur une nouvelle dynamique, alors que côté manceau, Didier Ollé-Nicolle n'a pas hésité à changer 3 joueurs d'un coup pour faire basculer le cours du match. 

Au classement...

Toujours plus de matchs reportés en National ! Créteil reste sur le podium du National avec ce match nul, mais sa véritable position devrait être autour de la septième place. Avec 17 points en 12 matchs; l'USC réalise le même début de saison que l'année dernière.

Journée 12

Prochain rendez-vous : Bourg-en-Bresse !

Attention, réglez vos réveils ! Le prochain match des Béliers aura lieu le samedi 14 novembre, à 17 heures, du côté du stade Marcel-Verchère. L'occasion d'enfin débloquer le compteur de victoire à l'extérieur ?

Crédit image : LP / Icon Sport / Michel Brisset