Carlos Secretario n'a pas usé de la langue de bois pour qualifier le match de ses joueurs, « le pire depuis son arrivée » :

« Le seul point positif aujourd’hui, ce sont les trois points. C’est un mauvais match de Créteil. Je ne comprends pas…Mes joueurs ont été absents. Habituellement, nous aimons jouer et garder le ballon, mais aujourd’hui, c’est Orléans qui a eu la possession. Ils ont très bien joué. Même à 10, ils ont plus de possession et plus de confiance. Nous sommes très mal rentrés dans la partie.

Le résultat logique aurait sans doute été le nul, mais le football est comme ça. La semaine dernière, avec ce penalty manqué, nous aurions dû l’emporter. Aujourd’hui, nous avons la chance de nous imposer sans vraiment le mériter. Les joueurs se sont beaucoup battu et ont beaucoup couru, mais pas forcément à bon escient.

Ce sont trois points importants pour nous, mais je ne suis pas satisfait par l’équipe et par notre jeu. C’est ma troisième saison à Créteil et je pense que c’est le pire match de l’équipe depuis mon arrivée. Mais encore une fois, le plus important ce sont les trois points. Il faudra analyser tout ça cette semaine. Je suis sûr que nous ferons mieux lors du prochain match. »


Claude Robin a salué la prestation de son groupe, et en a profité pour fustiger l'arbitrage :

« C'est très frustrant de perdre ce genre de match, mais malheureusement c'est le football qui a donné son verdict, c'est comme ça. On a été très bien dans ce match, sauf qu'on a pas concrétisé nos moments forts, et puis il y a eu ce fait de jeu (NDLR : le carton rouge), qui a fait baisser l'intensité de notre pression. Et là, c'était plus équilibré, même si je trouve que, même à 10, on a bien rivalisé contre cette équipe.»

Concernant l'expulsion de Benkaid : « Je préfère ne même pas en parler. C'est pathétique. Le mieux, c'est de ne rien dire. Il (NDLR : Robin Chapapria, l'arbitre) n'a même pas pris un avis, il a directement expulsé alors que nous, sur le banc, on voit bien qu'il (Benkaid) ne le voit pas arriver, il tend la jambe... C'est pathétique. Après, il y a un patron sur le terrain, c'est l'arbitre, donc on ne va pas polémiquer là-dessus. ».