Pour le compte de la quatorzième journée du championant de National, Créteil s'est déplacé sur la pelouse du Stade Lavallois. Revenons un instant sur ce match qui opposait deux équipes de milieu de tableau.

Reposons d'abord le contexte de ce match... Les Béliers, toujours en quête d'un nouveau succès en championnat depuis plus de deux mois, étaient en terrain plutôt connu à Laval. Oui, rappelez-vous ces nombreuses rencontres qui ont vu s'affronter ces deux formations, que cela soit en National, même en Ligue 2 ! Malheureusement, depuis quelques saisons maintenant, et le statut professionnel perdu, les deux clubs cherchent à remonter à l'échelon supérieur. Ce match-là s'impose donc comme un tournant, tant pour Laval ; huitième ; que pour Créteil ; dixième.

Un début de match à l'avantage de Créteil

Sous une pluie battante, le coup d'envoi est donné par M. Rosier. Et, tout de suite, les Cristoliens, bien en place, sont posotionnés plus haut que d'habitude. Le résultat est clair : les Franciliens dominent les vingt premières minutes, sans pouvoir obtenir de véritables situations dangereuses. La suite est, quant à elle, à l'avantage des Lavallois. A l'image du tir de Tom Lebeau, qui oblige Stéphane Véron à s'employer. Dans la foulée, le même joueur reçoit une passe dans la surface, et il faut que Zakaria Belkouche dévie le ballon en corner pour éviter l'ouverture du score lavalloise. Néanmoins, Créteil ne s'avoue pas vaincu, au contraire, et c'est par le biais de Jason Buaillon, qui décoche une frappe à l'extérieur de la surface de réparation qui surprend Escalès, que Créteil reprend du poil de la bête. Dans le même temps, le pauvre Pelletier se blesse, et c'est ce même Jason Buaillon qui hérite du poste d'arrière-gauche.

Une deuxième mi-temps fermée

Dans une bonne dynamique, les Cristoliens poussent, encore et encore. Fabio Pereira récupère même le ballon à la suite d'un arrêt du gardien lavallois, le dribble et pousse le ballon au fond des filets. Créteil pense alors avoir fait le plus dur, mais c'est finalement le hors-jeu qui est sifflé... Toutefois, Laval n'a pas dit son dernier mot, comme le montre ce centre qui frôle la tête d'un joueur lavallois. Cependant, l'action la plus importante  a eu lieu du côté de la surface lavalloise. En effet, après un enchaînement de passes digne des plus grandes équipes, le latéral portuguais Alexandre Pardal frappe de l'extérieur de la zone de vérité, mais parvient simplement à toucher le poteau... Plusieurs minutes plus tard, M. Rosier signale la fin du match, sur un timide score nul et vierge.

Les conséquences

On peut désormais facilement qualifier la série en cours de Créteil comme étant difficile, avec sept matchs sans victoire, dont six nuls. Ainsi, nos chers Béliers sont en train de rentrer dans le rang du classement, et stagnent à la dixième place. L'USC compte dix points de retard sur le leader, Pau, et seulement six d'avance sur le premier relégable (Quevilly). Il faut désormais réagir au plus vite pour retrouver le chemin de la victoire, qui semble à portée à chaque fois. Prochain rendez-vous contre le Gazélec Ajaccio, un rélégué actuellement relégable... Dans leur maison de Duvauchelle, les joueurs compteront sur le soutien de leur supporters pour éradiquer définitevement cette mauvaise série ! Allez les Béliers !

 

Crédit Photo : Le Parisien