Entre descente de National, et bonheur d'être titulaire. Christopher Baptista revient sur son année 2018 pour le site officiel.

Son ascencion au club

Je suis arrivé au club pour jouer avec l’équipe réserve qui évoluait à l’époque en Division Honneur. De mon côté, j’ai connu une montée de DH à CFA 2 tandis que l’équipe première est descendue de Ligue 2 à National. De ce fait, le staff a fait appel à 4-5 joueurs de l’équipe réserve pour évoluer dans le groupe professionnel. 

La saison dernière

C’était difficile. Les mauvais résultats s’enchaînaient ce qui est deux fois plus compliqué à gérer lorsque tu ne joues pas. J’ai dû m’accrocher tout en restant patient. En fin de saison, le coach a décidé de faire appel à moi donc j’ai tenté de répondre présent. La patience a payé et j'ai commencé à marquer. Mais je ne pouvais être satisfait vu que l’on descendait en National 2. Le club n’avait jamais connu la quatrième division depuis plus de trente ans, ma satisfaction personnelle ne pouvait pas surpasser le mécontentement général lié à la descente. 

Les changements de cet été

Je pense que nous avons réussi à créer un bon bloc équipe. De plus, les « nouveaux », contrairement aux autres années, ont réussi à se greffer au noyau des « anciens ». On a réussi à créer un groupe solidaire, bien en place. Cela est notre force. 

Titulaire cette saison

Dès la saison dernière, j’étais prêt à jouer et tout donner pour l’USCL. Je sais que j’ai des qualités et j’ai toujours eu confiance en moi. Aujourd’hui, j’essaie de rendre cette confiance en faisant des bons matches. Pour l’instant, nous sommes premiers donc cela se passe plutôt bien ! À l’image de l’équipe, j’ai fait deux gros mois. Au mois d’octobre, j’ai eu la sensation que malgré le manque de résultats, je pense que nous avons proposé un bon contenu. Dernièrement, j’étais en dedans comme tout le monde. Je pense réaliser un bon début de saison et continuer ainsi. Ce que je souhaite le plus est d’être le meilleur sur le terrain. Si cela se traduit par des buts ou passes décisives, tant mieux, autrement j’accepte totalement le fait d’avoir des statistiques moins évidentes tant que l’équipe gagne le match. 

Les supporters

Je suis bien au club.  Aussi, je tiens à remercier les supporters qui nous suivent partout et n’hésitent pas à faire six heures de route pour venir nous soutenir à Haguenau ou Belfort.