Rousse Brest

Arrivé au mois de décembre pour remplacer Thierry Froger, Laurent Roussey a vécu une saison compliquée sur le banc cristolien avec une relégation à la clef. L'ancien coach stéphanois n'aura obtenu que 14 petits points en 21 rencontres, une statistique désastreuse pour un homme qui avait été nommé par le président Lopes afin de maintenir le club val-de-marnais en L2.

Dans Le Parisien de ce mercredi, on apprend que les deux hommes se sont rencontrés hier afin de faire un bilan de cet échec. Et fort est de constater que Roussey se plaint de certaines personnes au club :

Des joueurs au staff en passant par le directeur général, beaucoup trop voulaient faire valoir leur vision des chosesLe fait que tout le monde veuille manipuler tout le monde a fini par déboucher sur un manque cruel de cohésion.

Le technicien confirme ainsi ce qui paraît flagrant depuis plusieurs mois : à savoir que ce sont les interêts des uns et des autres qui priment sur le sportif dans ce club.

Paradoxalement, Roussey (en fin de contrat avec l'USC) se sent malgré tout "redevable" vis-à-vis du président :

 

J'ai dit au président que j'avais une dette envers lui. Et que s'il jugeait l'idée intéressante, je serais disponible pour le challenge de la remontée.

 

On peut se demander quelle est la motivation de Roussey à rester dans un club où il ne peut même pas décider pleinement de ce qui est de son ressort. Ou peut-être que le départ de De Sousa change la donne sur ce problème ?...


Dans tous les cas, avec le départ des meilleurs joueurs de l'équipe puis probablement du directeur général et de l'entraîneur, le chantier risque d'être conséquent à l'USC pendant cette intersaison.

 

Source : Le Parisien