Après avoir sévèrement sermoné les joueurs dans les vestiaires de Saint-Symphorien à l'issue de la défaite des Béliers, Laurent Roussey a livré sa pensée au Parisien.

La défaite

On fait une excellente première période, on a tout pour se mettre sur les bons rails : on joue, on mène au score, le public siffle notre adversaire... Ce sont des atouts qu'on ne doit pas hypothéquer. Mais quand on revient après la pause, c'est de nouveau n'importe quoi ! (il souffle) Mais je n'en dirai pas plus car je risque d'être méchant...

La seconde période

Il faut qu'ils se rendent compte qu'être footballeur professionnel, c'est un métier pas un loisir ! A la mi-temps, le match doit devenir plus facile. Or, pour nous, il se complique parce que les gars se cachent un peu, parce qu'ils font des erreurs. Individuellement, nos faiblesses sont criantes. Dans le vestiaire, je leur ai dit que pour moi, nombre d'entre-eux n'avaient pas le niveau. Ce n'est pas possible de voir ça. Si les matchs s'arrêtaient à la 45e minute, on aurait six points de plus. Sauf qu'aujourd'hui on en est loin...

La réaction des joueurs

Je ne sais pas si ce message est passé. Mais ce dont je suis sûr, c'est que certains ont montré leurs limites et qu'il faut peut-être envisager la suite avec d'autres. C'est un choix qui apppartient au président... Après trois matchs, je ne peux vraiment pas faire de constat moins sévère. Ça me gave de dire des choses à la pause et de voir le contraire arriver sur le terrain. Et à chaque fois que je fais un changement, j'ai l'impression que ça affaibli l'équipe... Il y a une prise de conscience à avoir car je ne suis pas un magicien !

Une fois de plus, Roussey fait un appel clair au président : il veut des renforts. Et la réaction des joueurs ce lundi à l'entraînement sera cruciale pour l'avenir du club.