Invité par Futebol Epicao, Eduardo Moreira, entraineur adjoint de l'US Créteil renvient sur la saison écoulée, son arrivée, et son départ. Traduction.

 

Bonjour Eduardo, parlez-nous un peu de Créteil.

Creteil est un club très bien structuré et avec une direction majoritairement portugaise.

C'est un club qui était en Ligue 2 et qui, malheureusement, en 3 ans, a chuté de deux niveaux. Cependant, il a réussi à maintenir exactement les mêmes conditions professionnelles. Le club dispose de plusieurs départements et de toutes les conditions matérielles pour développer un travail professionnel. 1 stade, 3 camps d'entraînement: 1 gazon et 2 synthétiques. Sauna, piscine et gymnase.

C'est un club qui est clairement hors de son niveau de compétition et qui retrouvera sûrement dans un proche avenir dans les championnats professionnels.

L’équipe technique est dirigée par Carlos Secretario et Manuel Ramos en fait également partie en tant qu’entraîneur adjoint. Comment cette opportunité est-elle née?

J'avais déjà travaillé avec Carlos au Portugal. Quand nous avons tous les deux quitté l'équipe où nous étions, il y avait un intérêt de l'US Creteil. Plus tard l'invitation est venue et Carlos m'a invité à continuer en tant que son adjoint. Comme nous devions ajouter un autre élément à l'équipe technique, le choix s'est porté sur Manuel Ramos. Et ainsi vint la possibilité de venir ici.

Quel est le quotidien du fonctionnement du club ? Quelles sont ses infrastructures ?

Comme je l'ai dit plus tôt, nous avons ici les meilleures conditions professionnelles. Je suis allé dans d'autres équipes au Portugal, y compris en 2e Liga, et les conditions ici sont identiques ou meilleures.

Et au niveau des supporters ?

C'est l'une des choses qui m'a le plus surprise au début. Il y a toujours de la ferveur qui nous accompagne à chaque match. Ils sont très actifs, ce qui nous aide à nous améliorer.

Qu'est-ce qui vous a poussé à accepter ce défi d'aller à l'étranger et de remporter un championnat de quatrième niveau ?

Le défi m'a déjà été proposé par certaines personnes d'aller à l'étranger, mais je n'ai jamais pensé que c'était le bon moment. Quand cette invitation est venue, d'être avec Carlos, en France et à jouer une montée de division, j'ai parlé avec ma famille et nous avons décidé de risquer de faire cette expérience.

À 4 journées de la fin, Créteil avait déjà garanti l'accession en National et a été couronné Champion de sa division. S'agissait-il de l'objectif principal de la saison ou la direction ne l'avait pas fixé pour la saison en cours?

Oui, c'était clairement le but. Evidement, pour des raisons de gestion externe, le discours a toujours été prudent. Mais entre nous, il n'y a jamais eu d'autre but que la montée en division supérieure

Pour un total de 30 matchs, Créteil a réalisé 17 victoires, 8 nuls et 5 défaites, marqué 59 points, et 55 buts (meilleure attaque de la compétition) et 21 buts encaissés (meilleure défense). Que représentent ces chiffres?

Pour atteindre le but que nous voulions, nous savions que nous devions adopter une mentalité et un comportement de gagnants. C'est ce qui a été inculqué dès le début. Nous avions aussi fixé différents objectifs intermédiaires. Nous suivions notre chemin toujours très concentrés sur ce que nous devions faire. Au final, nous terminons Meilleure attaque, meilleure défense, plus grans nombre de buts marqués à domicile, plus grande série de matchs sans défaites, plus grande série de victoires, etc ... Enfin, ce fut un moment fantastique à tous les niveaux grâce au groupe d'hommes et de joueurs que nous avons eu.

Comment décririez vous la division dans laquelle votre équipe joue. Serait-ce équivalent à notre championnat portugais ou même à une deuxième division ?

Identique à une deuxième division, clairement.

La seule différence est que dans la deuxième Liga 2, plus d’équipes veulent jouer, moins il y en a. Mais la compétitivité est énorme, l'incertitude du résultat chaque week-end est constante.

Dans une quatrième division, les joueurs sont principalement des non professionnels. Comment la semaine de travail est-elle planifiée?

Notre contexte est différent. Nous sommes une équipe de professionnels. Notre méthodologie de travail est donc tout aussi professionnelle. Nous nous entraînons 5 fois par semaine. Habituellement le matin.

En ce qui concerne l'avenir, et maintenant que la saison touche à sa fin, existe-t-il des perspectives et des pourparlers pour poursuivre le projet la saison prochaine?

Oui, il y a la volonté de tous de poursuivre le projet. Cependant, pour moi, cette fantastique aventure s'est terminée.

Je remercie tout le monde pour l'opportunité et la volonté de continuer, principalement de la part de Carlos, mais pour des raisons personnelles, je dois retourner au Portugal.

Ce fut clairement une expérience extraordinaire. Je saisis cette occasion pour souhaiter le meilleur du monde à Carlos et à tous ceux qui restent. Ils auront sûrement le succès que tout le monde veut.

Crédit Photo : Futebol Epico