A quelques jours du déplacement à Bauer, USC1936 est allé interroger différents acteurs de ce petit sommet de "football populaire" qui aura lieu vendredi. Parmi lesquels :

  • Julien Ielsch, journaliste chez Jour de Sport et Canal+, et spécialiste du football francilien, 
  • Loïc Lapoussin, formé à l'USC et passé par le Red Star notamment lors de la dernière saison de L2, 
  • Ricardo, supporter du Red Star FC, 
  • Gabz et Manouche, fans de longue date de l'US Créteil, 

USC1936 : Que pensez-vous du début de saison de votre club ?

Ricardo : Ma foi, le début du Red Star est moyen, faute de talents et de jeu collectif.

Manouche : Le début est plutôt positif, on a l'avantage de surfer sur la dynamique du titre de N2. On sent que l'équipe est bien soudée, malgré un manque de qualité technique et d'éléments capable de faire la différence. Pour l'instant, on arrive quand même à remporter des matchs grâce à la solidartié de l'équipe. Pourvu que ça dure. 

Gabz : Je trouve que les joueurs montrent un visage conquérant, confiant et humble. J'aime ce qu'on retrouve dans cette équipe, en espérant que cela perdure dans cette direction.

Julien Ielsh : Le début de saison de Créteil est plutôt intéressant, même si l’entame à Duvauchelle est compliquée avec un manque de constance, de régularité sur 90 minutes. C’est un axe de progression majeur à surveiller, bien que le match face à Béziers n’ait offert un premier élément de réponse.
Ce manque de constance pourrait aussi définir le Red Star. Autant on pouvait s’attendre à une continuité sur la dynamique de la montée des Béliers, autant ce passage à vide d’entrée du Red Star est plus surprenant. Parfois créatif, d’autres fois frileux et manquant d’engagement... Maintenant que Vincent Bordot dispose de nouveaux garçons, notamment au milieu, on pourra commencer à juger les réelles capacités du Red. Et il est possible que sur la dernière journée, le rebond à Laval soit un sérieux indicateur, tant tactiquement et physiquement les Audonniens ont (enfin) répondu présent.

USC1936 : Que vous évoque votre adversaire de vendredi ?

Ricardo : Créteil est une place forte du football francilien depuis longtemps, et je suis content que le club soit remonté en National.

Manouche : Le Red Star, c'est principalement des mauvais souvenirs, où ils nous enterrent définitivement, que ce soit chez nous ou a l'extérieur. C'est principalement ce qui m'a marqué, côté terrain.

Gabz : Le Red Star est un club de banlieue parisienne, populaire, avec des supporters qui les suivent à chaque rencontre, et faisant le yo-yo entre L2 et National. Plusieurs détails similaires qui renvoient à l'USC. Forcément, cela attire l'attention. D'autant que le stade de Bauer a cette particularité de donner l'opportunité d'avoir un duel de tribunes également, en plus du terrain.

USC1936 : Loic, quels sont tes meilleurs souvenirs à Créteil ? et au Red Star ?

Loic Lapoussin : A Créteil, c’est clairement quand on a gagné le championnat de DH en U19. Au Red Star, la saison où on monte en Ligue 2.

 

70996107 1349054608603899 7362489159925104640 n

 

USC1936 : Quelles sont les forces et les faiblesses de ces deux équipes ?

Julien Ielsh : Après si peu de matches, il est toujours délicat de s’aventurer sur ce terrain-là. Mais on notera forcément ce dont on parlait précédemment : la régularité dans le contenu est un point faible, pour le moment, de chaque côté. Sur l’aspect positif, les options offensives de Créteil sont plaisantes. Cette équipe trouve des solutions aussi bien dans le jeu court, par des systèmes de passes très simples, mais se trouve aussi redoutable sur second ballon et phases arrêtées, une spécificité de plus en plus grande du National.
Ce qui est aussi intéressant côté audonien, c’est l’équilibre défensif quand Formose Mendy est titulaire. Le National, c’est aussi un championnat de détails défensifs. Avoir un axial solide comme lui stabilise un onze et permet de gratter des points, d’enclencher une série avec un travail presque invisible. Son retour contre Laval en est l’illustration parfaite : malgré de gros arguments offensifs, l’équipe d’Olivier Frappoli n’a pas eu la moindre véritable occasion. Si le Red veut poursuivre idéalement sa mission remontée, cela passera aussi par cet aspect-là qui commence à donner satisfaction.

USC1936 : Quelle est la différence entre les supporters de ces deux clubs ?

Loic Lapoussin : Je trouve qu’il y a une plus grosse ambiance à Bauer !

Julien Ielsh : Déjà le club qu’ils supportent ! Plus sérieusement, je ne suis pas certain que les comparer donne sens. Les deux clubs ont une histoire radicalement opposée, un ancrage social et territorial totalement différent. Les supporters reflèteront forcément cela. Pour autant, leur fidélité est intacte au fil des années, malgré des relégations et parfois l’opposition contre leurs clubs respectifs.

USC1936 : Qu'est ce qui différencie votre club de celui de votre adversaire ?

Manouche : Le Red Star est un club plus historique, ils ont évolué dans l'élite, contrairement à nous. Ils ont un ancrage territorial plus fort dans leur département. Sur le plan football, on est un peu similaire : chacun alternant entre bonnes périodes et saisons catastrophiques.

Gabz : On ne peut nier le caractère historique que le Red Star détient, par son passé dans les hautes sphères du vieux football francais, à l'époque où les clubs comme Reims, Sainté ou le RC Paris rayonnaient en D1. Aujourd'hui, on ne peut pas dire que ce soit le cas depuis bien  longtemps, ce qui rend ce club largement à la hauteur de l'USC sur le plan footballistique.

USC1936 : Quelle place à ce derby dans la saison par rapport aux autres derbies ?

Ricardo : Ce derby est un bon moment, mais il est moins important que celui contre le Paris FC, notre meilleur ennemi.

Manouche :  Pas grand-chose de spécial, si ce n'est que Bauer est le meilleur stade en Ile-de-France. C'est forcément agréable de se déplacer dans un stade comme celui-là.

Gabz : Pour les supporters qui se déplacent, c'est toujours un plaisir que de prendre le métro pour aller encourager les couleurs de son club à l'extérieur, au-delà du fait qu'il y a cette dimension de vouloir rayonner sur l'Ile-de-France et d'affirmer qui est celui qui remportera ce match francilien qui est une sorte de petite finale de coupe d'IDF, si on veut.

Lapoussin : Tous les matchs sont importants mais ce genre de match signifie beaucoup ! C’est plus qu’un simple match, un derby francilien.

Julien Ielsh : Que ce soit en Ligue 2 ou en National, ce duel francilien reste, à mon goût, l’un des matches de l’année. Certes, il ne vaut pas dans les rivalités un derby face au Paris FC, puisqu’il n’y a ici pas de véritable antagonisme, contrairement à ce qui est trop souvent vendu aux téléspectateurs. Mais on n’est jamais déçu avec cette double confrontation en termes d’intensité, de rebondissements, de buts... Et puis, profitons-en! Notre seul aller-retour francilien cette saison est l’un des matches les plus prestigieux du National.

USC1936 : Quels sont vos meilleurs souvenirs de derby entre USC et RS ?

Ricardo : Je me souviens du dernier match de Créteil à Bauer en National, avec les supporters de Créteil en colère contre leur direction. Je me rappelle aussi du dernier match du Red Star à Duvauchelle, avec les supporters cristoliens restés sur la butte à proximité du stade.

Manouche : Le match qui valide notre montée en L2 en 2013, 2-2 (NDLR : le match de la montée était en fait contre Bourg-Péronnas) avec une boulette de Kerboriou. La folie dans les tribunes ! 

Julien Ielsh : Mon premier Red Star - Créteil à Bauer reste forcément un souvenir particulier, surtout vu le scénario. C’était la 35ème journée, en 2011-12. Le Red faisait une grosse seconde partie de saison pour son retour en National mais n’avait que trois points d’avance sur Beauvais, premier relégable. Créteil était déjà maintenu mais avait pris l’avantage très vite grâce à Maxime Partouche. Sauf que Beziouen et Malfleury ont fait bouillir Bauer. Le Red a pris cinq points d’avance ce soir-là sur la zone rouge et a enchaîné avec trois victoires, terminant juste derrière Créteil. Désolé de rappeler des mauvais souvenirs. Mais, promis, j’en donnerai de bien meilleurs très vite !

Loic Lapoussin : Le match gagné 2 buts à 1 dans le dernier quart d’heure qui nous propulse en Ligue 2 avec le Red Star. En plus, j’avais fait une passe décisive ce jour-là…

Gabz : Etant aujourd'hui expatrié, mon dernier match à Bauer était le dernier match avant la descente en N2, où les supporters étaient venu en masse et avaient su se faire entendre comme il se doit. Pour moi, c'est une véritable satisfaction que de voir un parcage jaune et bleu faire le boulot.

USC1936 : Qui va gagner vendredi soir ?

Manouche : 3-1 pour Créteil.

Gabz : Je verrai bien un petit 2-1 pour l'USC.

Ricardo : Je ne fais pas de pronostics. Que le meilleur gagne et que l'on voit un beau match avec des buts, et que l'on boive des pintes ensemble après le match.

 

Vous pouvez retrouver Julien Ielsh au micro de Jour de Sport pour commenter ce match sur sa chaine Youtube.