Suite à la signature hier de Yohann Rivière, US Créteil 1936 est allé à la rencontre d'Olivier Dall'Oglio. L'entraineur de Dijon nous décrit son ancien joueur, qu'il a cotoyé deux saisons pleines. 

Bonjour coach. Pouvez-vous nous présenter Yohann Rvière ? Quel rôle avait-il dans l'équipe pendant les deux années qu'il a passées à Dijon ?

C'est un garçon tout à fait exceptionnel dans un groupe, un très bon professionnel. Sur ses deux saisons à Dijon, je retiens tout d'abord symboliquement le but qu'il a mis à Clermont-Ferrand il y a deux ans qui nous a permis de gagner et très certainement de monter.

Il n'a pas eu beaucoup de temps de jeu parce qu'il était blessé mais il a eu une grosse importance dans le groupe au niveau du mental. La saison dernière, je l'ai souvent mis dans le groupe Ligue 1, car c'est un bout-en-train, quelqu'un de très vivant et il savait booster tout le monde. Pour un entraineur c'est très bon.

Au niveau du terrain, il avait surtout un rôle de joker chez nous, mais quand il entrait, il y avait quelque chose qui se passait, il pouvait faire la différence. Je me souviens d'un but important qu'il a mis contre Montpellier dans les arrêts de jeu cette année.

Il a souvent été gêné par les blessures. Il a été très patient, et chaque fois il est revenu et travaillait beaucoup. Il n'a jamais lâché. Pour moi, même si son temps de jeu était réduit, il avait une importance primordiale dans le groupe.

Comment expliquez vous son départ de Dijon ?

Il avait une volonté de rester mais surtout de jouer plus souvent, ce que nous ne pouvions pas lui proposer. Il y a beaucoup de concurrence ici comme Tavares et Bahamboula et ce n'est pas facile pour lui et il avait une petite frustration face à ce faible temps de jeu. Il était en fin de contrat et c'est bien pour les deux parties. Ca nous permet de recruter d'autres joueurs, et lui va pouvoir retrouver du temps de jeu.

Vu le joueur que vous décrivez, ça devrait être facile pour lui de passer de la Ligue 1 au National...

Il était en Ligue 1 avec peu de temps de jeu, et il va en National. Je pense qu'il avait le niveau Ligue 2, mais c'est très bien qu'il aille à Créteil car c'est un club ambitieux qui peut remonter. Yohann peut encore faire deux ou trois saisons s'il a pas de problèmes avec son dos. Mais ça n'est jamais facile car quand on descend en National, il y a une grosse attente de tout le monde au club. Je pense que ça doit être le cas à Créteil et il doit assumer cette pression donc ça n'est pas si simple que ça.

Vous nous parlez de son importance dans le vestiaire, mais les autres joueurs l'écoutaient malgré son faible temps de jeu ?

Je pense qu'il a un charisme naturel, ça n'est jamais forcé et comme c'est un gagneur, quand il disait quelque chose, ça passait très très facilement. Et même s'il n'avait pas ce temps de jeu qui pouvait lui donner de la légitimité, il se l'est appropriée par sa présence, par les mots qu'il distillait et qui faisaient mouche. C'est un garçon qui était écouté et il a aussi sa petite carrière de buteur et de combattant : il était respecté par rapport à ça. Il a du vécu et a toujours laissé des traces positives là où il est passé.

Sur le terrain, quel type de joueur est Yohann ?

C'est un attaquant essentiellement d'axe, pas un joueur de côté et il peut jouer en appui. Je pense que son point fort, c'est dos au but, dans la conservation du ballon. Il est très solide sur ses jambes et a une grosse présence dans les 18m parce qu'il sent les coups et il est volontaire. Ce sont ses principaux atouts.

La direction de Créteil recherchait ouvertement "un attaquant d'expérience de haut niveau National". Ca le décrit bien ?

C'est sûr que Yohann est expérimenté. C'est un garçon qui a déjà mis pas mal de buts, et oui, il a largement le niveau National. Pour lui le plus dur sera d'enchainer les matchs sans se blesser. S'il n'a pas de problèmes musculaires, je pense qu'il va vraiment aider l'US Créteil.

 

 

Crédit photo : So Foot