Le KopBanlieue et les Urban Devils ont célébré les 80 ans du club lors du match face à Belfort.

 

Pour commencer, présentez-vous....

Polak, membre des Urban Devils depuis 2005. Je fais partie du "noyau dur" mais je n’ai pas de responsabilités précises. Je participe un peu à toutes les tâches du groupe.

Korbo, co-fondateur du KopBanlieue, Président et capo du groupe actuellement.

D’où est venue l’idée d’une animation pour les 80 ans de l’US Créteil ?

Polak : Premièrement, replaçons un peu le contexte : pour les 75 ans, nous avions déjà décidé de faire une animation avec tous un tas de drapeaux pour fêter ça. C’était obligatoire pour nous, à l’occasion des 80 ans, de refaire une animation doublée d’une soirée pour marquer un peu le coup parce que 80 ans, ça a de la valeur. En début d’année, nous nous étions rencontrés avec le KopBanlieue pour trouver des idées, mettre en place le calendrier et décider des différents projets pour les célébrations. Nous avons fait quelques réunions et validé au fur et à mesure le matos qui allait être sorti, ce qui allait se passer et comment ça allait se passer… Le résultat c’est ce que vous avez vu hier (vendredi).

Feuille jour de tifo


Comment se sont passées ces réunio
ns ?

Korbo : Dans le détail, les réunions se sont déroulées entre les deux "noyaux durs". Il y en a eu une en août pour décider du calendrier d’avancement des préparatifs - par exemple à telle date les maquettes doivent être rendues -, décider qu’il y aurait une soirée... Nous nous étions fixés le mois d’octobre pour commencer les prépas tifo. Il fallait donc que tout soit prêt avant cette date (maquette du tifo, matos….). Pour le matos, il fallait absolument que la commande parte avant octobre.


Finalement, sur quels choix vous étiez-vous arrêtés ?

Polak : Ce que nous nous étions dits, c’est que nous allions faire un tifo en tribune qui se décomposait de bandes de couleurs avec un cercle central et un message 80 ans écrit en lettrage romain sur la grille. En plus du tifo, nous avons décidé de sortir un pack de matos : deux stickers (l’un avec l’équipe originale de 1936 et un second avec un papi qui représentait, avec un peu d’ironie, l’âge avancé du club), un tee-shirt "Créteil 1936" assez standard et enfin un briquet "Créteil 1936". Et pour clôturer le tout, une soirée regroupant les KB, les UD et nos amitiés.

Tshirt US Créteil 1936


Quand a débuté la conception du tifo ?

Polak : Les discussions se sont un peu prolongées parce que nous n’étions pas tout à fait d’accord sur le tifo donc nous avons commencé un peu en retard. La première prépa a eu lieu début octobre. Nous avons déterminé un budget qu’on ne devait pas dépasser, soit 200 euros par groupe. Toute la préparation a commencé par l’achat des supports, des rouleaux de tissus en grande quantité, la gouache et les pinceaux. Les premières prépas ont eu lieu sur le parking du stade. L’hiver venant il a fallu trouver un lieu à l’abri pour terminer le tifo.

Tifo 1


Le club vous aide-t-il à trouver un lieu ?

Korbo : Comme pour chaque tifo, c’est la débrouille. Nous allons chez des membres, dans des parkings. Nous nous débrouillons tout seul parce que nous ne demandons pas l’aide du club et que nous avons toujours travaillé comme ça. C’est un peu compliqué parce que nous n’avons pas de lieux fermés à nous où nous pouvons laisser nos préparatifs pendant plusieurs jours.


Les péparatifs sont donc toujours un peu difficiles...

Polak : Je rebondis en insistant sur le fait que nous avons travaillé dans des appartements ou des parkings exigus en séchant le tifo à l’aide de sèche-cheveux. Il faut bien se rendre compte que c’est difficile de sécher un tifo de cette taille-là. En dépliant, nous nous sommes rendus compte que la peinture avait bavé. Ceci nous a mis un bon coup de pression à quelques jours du match. Mais au final, au vu des premières photos, c’est très positif par rapport au temps record que nous avons mis pour le réaliser.


Combien êtes-vous pour chaque journée/soirée de travail ?

Korbo : Il y a eu plusieurs étapes : découpage, traçage, collage, peinture. A chaque prépa tifo, une dizaine de personnes se retrouvaient pour travailler alors que parfois le timing était compliqué, les jours de semaine, les soirs de semaine, les jours fériés n’ont pas été très bénéfiques sur le nombre de présents. Au final, nous nous étions fixés cette date de vendredi pour sortir le tifo et il est sorti.


Plus largement, comment ressentez-vous ce début de saison après le retour en National ?

Polak : Début d’année un peu compliqué à cause des tensions avec les stadiers liés à la descente de l’année dernière. Tout cela a mis du temps à se décanter et à revenir à la normal même s’il faut savoir qu’il y a toujours de la tension puisque les stadiers sont constamment autour de nous. Le stade s’est complètement vidé, à l’image de ce qui s’était passé lors de la précédente descente. L’hiver arrive donc de moins en moins de personnes se déplacent au stade. Malheureusement, on ne peut que regretter la baisse d’affluence. Mais, c’est dans ces moments-là que l’on voit sur quelles personnes on pourra compter et quelles personnes seront toujours là. Tout ceci resserre les liens et c’est important pour la vie des groupes.

Korbo : Je rejoins Polak là-dessus, même si nous sommes très peu au stade, et pas 1 000 comme le club veut bien le dire, au moins les gars qui sont là sont motivés et ne viennent pas pour rien. L’ambiance a forcément baissé mais elle reste positive.

Bloc Ultras domicile