00 fou10

 

Juste après avoir assisté à une nouvelle déconvenue de ses troupes hier soir, Laurent Fournier s'est confié au Parisien.

Le technicien francilien souligne LE gros problème de l'équipe en ce début de saison : "Il y a un manque de communication, de détermination. Le plus embêtant, c'est qu'on concède énormément d'occasions." Lucide, il enchaîne : "Même à Marseille, si on gagne, c'est parce qu'il y a Yann (Kerboriou, le gardien). C'est inquiétant."

Devant l'absence de révolte de son équipe après l'ouverture du score (ndlr: tous les joueurs tête basse et semblant déjà abattus suite au premier but de Béziers, à la 20e), le coach des Béliers concède que l'étiquette de favoris dans ce championnat de National est peut-être mal assumé par son équipe : "Peut-être qu'on est tétanisés, la peur de mal faire. Chacun essaie de sauver son match." Pour réagir, Fournier ne cache pas la nécessité selon lui de renforcer l'effectif : "Peut-être qu'il va falloir recruter. C'est important si on veut monter. Défensivement, il faut être plus solides. Offensivement aussi parce qu'on ne se crée pas d'occasions. On n'est pas percutants, on manque de présence et d'agressivité, comme derrière."

Le manque d'envie et de combativité des joueurs cristoliens est une nouvelle fois pointé du doigt par leur entraîneur, qui ne cache pas que les choses ne se déroulent pas comme prévu en ce début de saison : "Oui, je suis inquiet. Même menés 3-0, j'aurais voulu qu'on soit beaucoup plus agressifs... Avoir de la hargne, de la méchanceté. Même si je ne devrais pas dire ça. A un moment, on doit réagir. Et on ne réagit pas. On se crée une occasion, et encore sur pénalty (tiré à côté par Sackho, 82e) . Il n'y a pas d'agressivité au milieu... On a l'impression qu'on est toujours en Ligue 2, à jouer à la baballe. Mais ce n'est pas ça, le football. Il faut être des morts de faim, même si on manque de qualités techniques. C'est ce qu'a fait Béziers. Il faut se faire mal pour y arriver. On est trop gentils. Il faut se remettre en question, moi le premier. Tout le monde a sa part de responsabilité. Il ne faut pas se cacher derrière les erreurs individuelles."

Hier soir à Duvauchelle, le match fut plié à la 20ème minute lorsque Béziers ouvrait le score sur un contre, qui faisait suite à un duel en un-contre-un perdu par Niakaté contre le gardien. Dès lors, les Béliers, y compris les cadres, ont fait preuve d'un manque affligeant de combativité. Est-ce le spectre de la saison dernière qui pèse encore sur les esprits, ou le statut de favori à la montée que cette équipe "jeune qui apprend" a du mal à porter ?

 

Source : leparisien.fr