Trivino

 

Des sorties entre joueurs pour resserrer les liens, des dizaines de cierges allumés tous les matins à l'Eglise de Créteil, des solutions tactiques plus improbables les unes que les autres ... On ne sait plus quoi faire pour relancer la machine et donner une chance aux Béliers en cette fin de saison. Alors pourquoi pas les encouragements et les conseils d'un ancien de la maison, en particulier de celui qui est déjà passé (avec brio) par cette étape difficile ?

Dans le Parisien du jour, le Cristolien de toujours Richard Trivino a une nouvelle fois réagi sur la situation de l'USC en faisant un comparatif avec la saison 2004/05, lors de laquelle Créteil pointait à la 19ème place lors de la 33ème journée.

« A l'époque, Guy David nous avait parlé comme un père à ses gamins. C'était lui l'homme du maintien. Mais il va falloir que cette équipe trouve une âme. J'ai été choqué de voir qu'il n'y avait pas de révolte, de rébellion (ndlr : contre Clermont, 0-3.) Alors, même s'il faut peut-être aller brûler un cierge, je veux y croire. Nous, on l'a bien fait, pourquoi eux n'en seraient pas capables ? »

Les Béliers avaient alors engrangés 14 points sur les 6 derniers matchs (un record pour un relégable) pour se sauver. Ne serait-ce pas un beau symbole que Boris Mahon de Monaghan, qui a repris le flambeau à Trivino dans le panthéon du club, imite l'incontournable gardien de l'époque et amène les siens à la victoire dans le combat désespéré du maintien ?

On ne demande qu'à commencer à rêver, dès ce soir à Nancy...

 

Source : le Parisien