Richard Trivino, ancien gardien emblématique de l'US Créteil, revient pour USC 1936 sur l'actualité récente du club. Touours attaché aux Béliers, l'actuel portier de Gueugnon (CFA2) répond à nos questions sans langue de bois.

USC1936 : Bonjour Richard. Les Béliers restaient sur une série de 19 matchs sans victoire ; la plus longue de l'histoire du club. As-tu déjà vécu une situation comparable ?
R. Trivino : Ah non, je n'ai jamais connu une série aussi importante ; et en même temps c'est assez rare ! Ces moments doivent être très difficiles à vivre pour un groupe. Maintenant, il faut impérativement battre Clermont pour valider cette victoire à l'extérieur.

Les Béliers luttent désormais pour le maintien. C'est clair pour tout le monde. Vois-tu des motifs d'espoir ?
Bien évidemment qu'il y a de l'espoir, surtout grâce à cette victoire à Nîmes. Malgré cette spirale négative, être toujours à 2 points du premier non-relégable est une source de motivation supplémentaire. Ce groupe doit s'appuyer sur ce qu'il a fait en début de saison !

Laurent Roussey a décidé de réduire le groupe à 18 joueurs. Que penses-tu de cette mesure ?
Ce qu'a fait le coach Roussey en réduisant le groupe a pour but de créer un groupe de soldats, capable d'aller à la guerre et de prendre le plus de points possible. C'est légitime dans ces moments difficiles. De toute manière, je me mets à sa place et quitte à mourir, autant mourir avec ses idées, et pour le moment cette victoire lui donne raison !

La victoire ce vendredi à Nîmes a mis un terme à la série négative. Tout le monde espère que le blocage psychologique est passé et qu'une dynamique positive va s'enclencher. Est-ce réaliste ?
C'est vrai que cet enchaînement de matchs sans victoire devait être pesant pour le groupe surtout quand on voit la physionomie des derniers matchs. On a l'impression que, après avoir vu le match de Nîmes, la chance a changé de côté et que les montants veulent sourire à l'US Créteil. Alors j'espère de tout mon cœur qu'ils vont faire une série positive maintenant !

Les supporters ont récemment demandé la démission du président, suite au peu de communication entre eux, et lui reprochent une mauvaise gestion cette saison. Sont-ils trop sévères ?
Dans ces moments difficiles, tout le monde est critiqué, c'est de bonne guerre. C'est difficile de parler du Président Lopes en étant objectif car c'est un homme que j'apprécie énormément. Après, il faut laisser les derniers matchs se dérouler et après on pourra faire un bilan plus réaliste et trouver les causes de l'échec. Mais pour le moment, le maintien est largement possible alors wait and see !!

Yann Kerboriou réalise une bonne saison. Que penses-tu de ton successeur ?
Je suis content pour lui. Il a su profiter de ma décision d'arrêter et prendre sa chance à ce niveau. Il a énormément progressé et cela grâce à un temps de jeu plus important. Je lui souhaite de continuer comme cela…

Peux-tu nous parler de ton actualité ? Que deviens-tu ?
Je viens de terminer ma saison et donc ma carrière sur une blessure au doigt ! L'année prochaine, je devrais m'occuper du sportif à Gueugnon.

Lors d'une précédente interview, tu nous avais confié ton projet de vouloir casser les jambes de Boris pour qu'il n'atteigne pas ton record... Manifestement, tu as trop tardé…
Je suis content pour Boris, c'est un mec de club et quitte à être battu, je préfère que ça soit par lui… En fait, je n'ai pas eu le temps de préparer mon coup (sourire)