Du côté gonfrevilais comme du côté cristolien, coachs et joueurs se sont exprimés avant le match. Morceaux choisis...

Ryad Habbas : La Coupe de France c’est toujours des matchs délicats et compliqués, même si on joue contre des équipes inférieures à nous en championnat, c’est compliqué et on l’a vu dans notre parcours. On a joué Noisy-le-Sec et Sarre-Union, ça a été des matchs très compliqués qui se sont joués dans les dernières minutes. On s’attend encore à un match compliqué, en plus en déplacement. Il va falloir aborder ce match comme si on jouait un match de championnat si on veut passer parce que c’est clairement l’objectif du club. Nous aussi on a vraiment envie de passer un tour de plus. Il va vraiment falloir prendre ce match au sérieux et le préparer de la meilleure manière possible.

Je voudrais les remercier parce qu’ils sont toujours présents. Ils font les déplacements et c’est bien pour nous de les voir nous supporter même dans le froid en hiver. Cela fait toujours plaisir de les voir, de les entendre et cela nous pousse à donner le maximum sur le terrain. Encore merci à eux et j’espère que cela va continuer.

Carlos Secretario : Sur le papier nous sommes favoris parce que nous sommes en National mais nous savons que dans la Coupe beaucoup de choses peuvent se passer. Nous avons déjà vu des équipes de National et Ligue 2 se faire sortir de la Coupe en perdant contre des équipes de niveaux inférieurs. Ces équipes qui jouent contre des équipes de plus haut niveau ont toutes la motivation pour gagner ces matchs. C’est pour ça que c’est important que nous allions là-bas pour jouer à fond, être concentré à 100%. Nous savons déjà que ça va être un match difficile mais nous y allons pour gagner et passer ce tour.

Si nous passons ce tour nous pourrons jouer contre une équipe de Ligue 1, c’est bon pour tout le monde : notre image, notre visibilité. Je continue tout de même à dire la même chose : D’abord gagner le match et ensuite nous pourrons passer à autre chose. Nous avons eu l’expérience l’année dernière, nous avions perdu à la maison contre une National 3 [NDLR : contre Limonest] et c’est pour ça que c’est avant tout important d’être concentré sur chaque match.

Rachid Hamzaoui (Gonfreville, coach) : Au départ, au début de l'aventure, on tombe sur des équipes souvent inférieures. Ce n'est pas facile pour motiver les joueurs, car il faut trouver les mots pour booster les garçons et éviter une élimination prématurée. Ensuite, ça coule de source. Quand on arrive au sixième, au septième tour, vous jouez des formations du même niveau que vous ou hiérarchiquement supérieures. On sait que ce sera compliqué, mais on va tout faire pour créer l'exploit.