L'US Créteil fête cette année ses 80 ans. Et si elle est assez jeune au haut niveau, elle a vu passer dans ses rangs de très grands joueurs, qu'ils fussent des jeunes ayant explosé par la suite ou des vieilles gloires.

Richard Boucher

Il est l'un des tous premiers joueurs à avoir eu une licence à l'US Créteil. Agé de 15 ans, il a joué une saison en équipe de jeunes en 1946/1947 avant de rejoindre le VGA St Maur. Il reste 6 saisons chez le voisin saint-maurien avant d'être recruté par le Toulouse FC (différent du TFC actuel). Arrivé en 1953, il participera à toute la grande époque du club alors tout juste promu en D1. 4è dès la première saison, il se battra pour le titre contre le grand Stade de Reims la saison suivante, alors finaliste en titre de Ligue des Champions.

Avant la disparition du club, il est vice-champion de France en 1955, gagne la Coupe de France en 1957, participe aux matchs de qualifs Coupe du Monde 1954 (3 sélections). Il joue également en International Football Cup (Coupe Intertoto) en 1964 et 1965, et en Coupe des Villes de Foire (Europa League) en 1967. A la fin de cette dernière saison, le club fusionne avec le Red Star. Il décide de ne pas rejoindre le Seine-Saint-Denis, et termine sa carrière à l'Olympique de Marseille.

Andrzej Sykta

Formé à Nadwiślan, ses heures de gloire se passent au Wisla Cracovie où il joue de 1959 à 1968. Il y participe à 242 matchs pour 57 buts. Deuxième du championnat en 1966 et surtout vainqueur de la Coupe de Pologne, Sykta prend part la saison suivante aux premiers pas en Europe du Wisla. Facile vainqueur d'Helsinki 8-1 sur l'ensemble des deux matchs avec deux buts d'Andrzej, il tombe 5-0 face au futur finaliste Hambourg. Il connaitra cette même année 2 sélections en équipe de Pologne.

Il passe à Lublin la saison suivante et est recruté en 1972 par Cambrai, alors en Division 2. Il y reste un an avant d'arriver à Créteil, alors dans les bas-fonds de la Ligue de Paris. Nul doute qu'il aura apporté toute son expérience à des Béliers alors embourbés dans le football amateur (DH/PH).

Daniel Amokachi

Formé au Ranchers FC au Nigéria, il est recruté en 1990 par le FC Bruges, alors champion en titre de Belgique. Le club ne parvient pas à conserver son titre, mais Daniel peut se consoler avec une Coupe de Belgique qui lui permet de découvrir l'Europe dès sa seconde saison sur le vieux continent. La saison suivante, Daniel réussit à offrir un nouveau titre de Champion au FC Bruges et se hissera en demi-finales de la Coupe des Vainqueurs de Coupe, éliminant en quarts l'Atletico Madrid, et se faisant sortir par le futur vainqueur, le Werder Brême. Après 4 saisons, 81 matchs et 35 buts, il quitte la Belgique en 1994.

Recruté par Everton, il gagne dès sa première saison au club la Coupe d'Angleterre et retrouve la saison suivante la C2, mais la quittera prématurément face à Feyernoord, après n'avoir passé qu'un seul tour.

Sa carrière au plus haut niveau se termine en apothéose à Besiktas. Il y reste 4 saisons, y remporte la Coupe et la Super Coupe de Turquie (1998), et termine deux fois second du championnat (1997 et 1999) ce qui lui permet de découvrir la Ligue des Champions en 1998. Il élimine Maribor en tour préliminaire puis termine 3è d'un groupe composé du Bayern, du PSG, et de Göteborg.

Sa carrière internationale est encore plus impressionnante que sa carrière en club. Il a 42 capes avec les Super Eagles (pour 13 buts) et remporte la CAN (1994), après en avoir été finaliste 4 ans plus tôt, les Jeux Olympiques (1996) et la Coupe Afro-Asiatique (1995)

En 1999, il subit une grave blessure au genou et ne retrouvera plus le haut niveau. Il reste une dernière saison à Besiktas avant d'essayer de se relancer à Créteil alors promu en seconde division. Il apportera son expérience hors du terrain, mais n'arrivera malheureusement pas à retrouver les pelouses.

Bernard Diomède

Pur produit de la formation auxerroise, Bernard joue son premier match de D1 en 1992. Il joue 224 matchs et marque 46 buts en Bourgogne. Il participe à l'incroyable doublé Coupe/Championnat en 1996 sous la direction de Guy Roux. C'est aussi là qu'il découvre l'Europe. D'abord en Coupe des Coupes (1995), en Coupe de l'UEFA (1996) et enfin en Ligue des Champions (1997).

En 2000, il tente l'aventure anglaise et passe 3 saisons à Liverpool. C'est un échec et il ne fera que 5 apparitions (dont 3 en coupes d'Europe). Pour son retour en France, il choisi l'AC Ajaccio. Il y reste 2 saisons et réussit à chaque fois à maintenir le club corse.

La saison suivante, il rejoint un US Créteil qui doit confirmer après avoir terminé en milieu de tableau (12è, en 2004). Malheureusement pour les Béliers et pour Bernard, c'est un échec et l'USC termine la saison 2005 à une piteuse 15è place. Il quitte alors le Val-de-Marne pour Clermont, où il termine sa carrière.

Si son passage en club est honnorable, Bernard est surtout champion du monde en 1998 aux côtés de Zidane, Henry, Blanc, Deschamps, etc... et peu de clubs de L1 peuvent se vanter d'avoir eu un champion du monde dans leur rangs.

Stéphane Porato

Né à Colombes dans les Hauts-de-Seine, il commence en amateur au RC Paris. Il est alors recruté par Toulon en 1992 et rejoint l'AS Monaco l'année suivante. Remplaçant de Fabien Barthez, il profite de la blessure du chauve pour participer au titre de Champion de France 1997. Il participera sur le banc à l'épopée du club princier la saison suivante qui le verra demi-finaliste de la Ligue des Champions, éliminé par la Juventus après avoir sorti Manchester United en quarts.

Le poste de doublure ne lui convienant plus, et il rejoint Marseille en 1998. Courbis lui fait alors confiance et il vole la place de numéro 1 au grand Adréas Köpke, le portier titulaire de la Mannschaft. Cette saison sera une apothéose pour lui, second derrière Bordeaux et surtout, finaliste de Coupe de l'UEFA, perdue 3-0 face à Parme.

Il retourne à Monaco en 2000. Claude Puel lui fait confiance une saison, mais les résultats ne suivent pas. Didier Deschamps prend alors les rênes de l'équipe et lui préfère Flavio Roma. Barré en club, il décide en 2002 de rejoindre les Béliers alors 3è du championnat qui jouent la montée après un début de saison flamboyant. Malheureusement, Libbra, Vega et Porato ne pourront maintenir ce niveau et le club finira 17è.

Simplement prêté, il rentre à Monaco la saison suivante et ne sera que 3è voire 4è gardien. Il quitte alors la France pour l'Espagne et jouera à Alaves puis Xeres.

Il raccroche les crampons en 2009, et joue plusieurs saisons dans la section amateur de Monaco (Equipe C) avant de prendre les rênes des U15 du club.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer