Fin d'année oblige, il est temps de tirer les conclusions de cette année 2019. Le premier épisode de notre chronique éphémère portera sur le début d'année presque parfait des Béliers, dans le monde amateur.

Et pourtant, le doute s'était grandement installé dans les esprits des Cristoliens. La fin 2018 avait tourné au fiasco, avec une élimination précoce en Coupe de France contre Limonest (1-1, 7-8 tab.), et une défaite cuisante contre les voisins des Lusitanos de Saint-Maur (3-1). Créteil avait alors perdu sa place de leader, au profit d'une surprenante équipe de Croix. Il fallait donc inverser la tendance en 2019...

Janvier : Créteil entame sa reconquête

Un seul match de National 2 a composé le mois de janvier des Béliers, la faute à un match contre Fleury reporté et à ces coupures nationales laissant place à la Coupe de France. Créteil recevait donc Haguenau, le 12 janvier dernier. Une formation mal en point en championnat. L'opération "National" était donc lancée, et de la meilleure manière pour des Jaunes et Bleu qui retrouvèrent illico leur dû, à savoir la place de leader. La victoire 1 but à 0 obtenue au forceps contre une vaillante équipe d'Haguenau fut le début de quelque chose de grand.

DSC07249

Février : les Béliers terrassent leurs adversaires

Ce fut donc en tant que premier de la poule D de N2 que Créteil aborda ce mois de février. L'ambition était déjà claire depuis des semaines et des semaines : le retour en National n'était qu'à une poignée de matchs, qu'il fallait absolument remporter. Le premier d'entre eux se déroula à Fleury, le 9 février. Un match nul glané à l'extérieur (1-1), et avec lui, un petit point précieux.

La rencontre suivante de National 2, une semaine plus tard, allait voir Créteil écrire une nouvelle page de son histoire, déjà conséquente. En effet, les Jaunes et Bleus ont pris la route, direction Arras, avec des souvenirs flatteurs du match aller, qui avait pris des allures de cauchemar pour les Arrageois, avec une victoire en patron obtenue par les Béliers face à des adversaires en décomposition, du côté de Duvauchelle (6-1). Bis repetita ? Non, mieux ! Créteil s'imposa 6 buts à zéro à Arras, ce qui a fait de ce résultat le succès le plus prolifique de l'histoire du club. Impossible alors de ne pas rêver de National...

Décidément, février allait apporter satisfaction aux supporters cristoliens. L'affrontement contre Bobigny, pour la vingtième journée de National 2, tourna court, et les Béliers s'imposèrent dans leur antre (3-0) ! Il fallait maintenant confirmer cette domination, que disons-nous, cette suprématie.

2

Mars : l'heure de la confirmation

2019 commença d'une manière extrêmement positive et encourageante. Créteil avait pris quatre points d'avance sur son nouveau dauphin : Sainte-Geneviève. Le prochain match, contre la réserve du Stade de Reims, allait être synonyme de message à tous les clubs du championnat. Un nouveau succès retentissant (6-1) contre les joueurs rémois fit prendre une autre dimension à Créteil. Aux yeux de tous, les Cristoliens apparaissaient maintenant comme un épouvantail.

Une semaine tout juste après ce que nous pouvions facilement qualifier de démonstration, Créteil prit la route pour l'une des finales de sa saison. Croix se dressait alors devant des Jaunes et des Bleus assoiffés de victoires et rêvant d'un petit coup d'ascenseur, direction le National. Meme si les trois points étaient importants, il ne fallait surtout pas perdre sur cette pelouse synthétique. Les Franciliens ont donc sauvé les meubles (0-0) contre une formation de Croix qui allait dégringoler au classement.

Le 16 mars, contre Épinal, Créteil remettait cela en allant de nouveau chercher le point du match nul chez les Spinaliens (1-1). Les Béliers ont faibli un tout petit peu, mais le plus important fut conservé : ils restèrent invaincus en 2019.

Dans le même temps, Sainte-Geneviève a également faibli, et la seule force capable de rivaliser avec les Béliers était la réserve du LOSC. Mais, problème (si cela en était un...), les réserves de clubs professionnels ne peuvent pas accéder au National ! Huit points s'étaient donc installés entre Créteil et Croix, première formation susceptible de monter à l'échelon supérieur. Les Franciliens affrontèrent Schiltigheim, pour la vingt-troisième journée, et il n'était plus le temps de faire des mathématiques, car Créteil écrasa Schiltigheim 4 à 0 ! Encore une masterclass de la part des Béliers.

3

Avril : sortez les calculettes... et les cotillons

Ce mois d'avril allait être décisif pour les Cristoliens. D'abord parce que, le 6 avril, les Béliers étaient sur le point de jouer le match le plus important de leur saison en N2. La finale, la grande, la vraie, contre Sainte-Geneviève. Le premier contre le deuxième... Une victoire rimerait avec National, et il ne faudrait plus que compter les jours et les points pour rendre la montée officielle. La pression fut certainement grande, mais les Béliers assurent une grande victoire (3-1) contre un adversaire qui ne leur causerait plus d'ombre.

Neuf points d'avance, pour six matchs restants. Ce n'était plus qu'une question de temps, avant de voir Créteil revenir en National. Il fallait néanmoins concrétiser la chose, que les Béliers commencèrent à faire avec brio en l'emportant 2 buts à 0 contre l'ASM Belfort.

Dans le même temps, Sainte-Geneviève avait perdu. Ce qui signifie que l'écart grandissait,pour atteindre douze points. Vous l'avez compris, si Créteil l'emportait contre Sedan, alors il ne pourrait plus être rejoint. Cochez la case du 20 avril dans votre calendrier, car il rimera pour toujours avec NATIONAL ! La victoire (0-2) fut acquise non sans mal, grâce notamment à un penalty du capitaine Buaillon.
La fête est grande entre les joueurs et les supporters cristoliens. L'apothéose d'une saison dans le monde amateur, un monde que l'on ne souhaite plus jamais revoir associé à l'US Créteil...

La montée en poche, l'institution décida de fêter à domicile ce retour en troisième division. Et ce, dès le prochain rendez-vous à domicile, contre la réserve du RC Lens. Le club invita les jeunes licenciés sur la pelouse avant le match, pour communier avec les joueurs cette belle performance. Au final, la soirée s'est terminée de la meilleure façon avec un joli succès (3-1).

received 767917317025661

Mai : pour l'argenterie

Ce fut sans pression que les Cristoliens attaquèrent ce mois de mai, le principal étant déjà acquis. La vingt-huitième journée de National 2 vit les Béliers réaliser un anecdotique déplacement du côté de Feignies, avec un match nul (1-1) à la clé. Le titre n'était pas mis en jeu durant cette rencontre.

Place au derby maintenant, avec l'affrontement à domicile contre les Lusitanos de Saint-Maur. Un match âprement disputé, qui se termina par un nouveau score de parité. Le titre était alors toujours d'actualité.

Enfin, le 25 mai 2019 marqua la fin de l'exercice en cours, et la soirée de la consécration pour le club qui obtiendra le titre de champion de N2. Créteil se déplaçait chez la réserve du LOSC, avec seulement 12 joueurs sur la feuille de match. Pourtant, il s'agissait d'un match DÉTERMINANT pour l'attribution du trophée...

La sanction était immédiate, et les Béliers s'inclinèrent lourdement (4-1) contre l'ancienne formation de Teddy Okou. Heureusement, des résultats incroyables en notre faveur (notamment la réserve du FC Nantes qui passa à côté du titre en... inscrivant un quatrième but !) firent pencher la balance du bon côté : six ans après la bande à N'Doye, Boris et Vasseur, Créteil était de nouveau sacré !

IMG 1203

Quelques statistiques sur la seconde partie de saison en National 2 :

2019

Crédit images : uscl.fr